Publié le: 12/02/2020 @ 19:25:43: Par Nic007  Dans "Mobile "
MobileL' Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) ont récemment publié le World Cancer Report 2020 : comme son nom l'indique, il s'agit du dernier rapport détaillé sur le cancer, qui résume toutes les informations mises en évidence par les plus récentes études médicales sur le sujet. La longue publication parle également de la relation controversée entre smartphones et tumeurs: un sujet débattu depuis des années et sur lequel, trop souvent, les positions sont prises à la légère (des deux côtés). Pour cette raison, il est toujours bon d'aller lire directement ce que disent les études médicales (le rapport peut également être téléchargé gratuitement), en évitant un alarmisme inutile, mais aussi en essayant de ne pas prendre le sujet trop à la légère.

Tout d'abord, gardez à l'esprit que les smartphones sont l'une des principales sources de champs électromagnétiques auxquels nous sommes quotidiennement exposés: en particulier, une étude de 2018 menée en Suisse sur des adolescents, estime que 80% des champs électromagnétiques radiofréquences qui entrer en contact avec la matière grise de notre cerveau provient de l'utilisation des téléphones portables. En revanche, ces chiffres sont destinés à diminuer avec le temps: les nouvelles technologies ont en effet tendance à réduire la quantité d'ondes émises lors d'un appel (celles d'un appel 2G étaient 100 fois plus élevées qu'un appel 3G) bien qu'il existe il existe encore des études spécifiques qui peuvent quantifier le changement pour la 4G et la 5G. Dans tous les cas, l'OMS a tendance à exclure que l'utilisation courante des smartphones puisse être une cause de cancer: Malgré d'importants efforts de recherche, aucun mécanisme pertinent de cancérogenèse n'a été identifié à ce jour. Bien que l'exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquence provoque une surchauffe des tissus, une élévation de la température dans les seuils fixés par les réglementations internationales ne devrait pas augmenter le risque de cancer. Même la plupart des recherches épidémiologiques n'indiquent aucun lien de causalité entre l'utilisation des smartphones et l'apparition d'un cancer dans les zones de la tête (ni au cerveau, ni aux glandes salivaires ou autres). Bien qu'il existe des recherches épidémiologiques (menées en Suède et en France) qui confirment une causalité liée à une utilisation excessive du téléphone, la plupart des études internationales ne constatent pas que l'utilisation (même prolongée) du téléphone portable peut augmenter le risque de cancer.

En revanche, la pénétration des téléphones portables sur le marché européen a atteint 50% en 2000: cela signifie que depuis vingt ans au moins la moitié de la population européenne utilise quotidiennement les téléphones portables. Selon le rapport, s'il y avait une corrélation avec la tumeur, nous aurions vu une augmentation d'au moins 30% sur les cas de gliomes, ce qui n'est pas actuellement enregistré chez les personnes de moins de 70 ans. En tout état de cause, comme précisé dans le rapport, les relations possibles entre l'utilisation du téléphone portable et l'apparition de tumeurs sont particulièrement complexes à étudier, pour diverses raisons, notamment la difficulté de mesurer avec précision l'utilisation du smartphone , tant en termes d'émissions que de durée. Comme déjà mentionné, il n'y a pas eu d'augmentation significative du taux de cancer dans le monde au cours des 25 dernières années et, pour cette raison également, il y a une tendance à exclure une connexion aléatoire . Cependant, l'argument continue d'être controversé, car les experts ne sont pas tous d'accord sur l'interprétation des faits qui ressortent des différentes études. En conclusion, la plupart des recherches universitaires suggèrent que les risques potentiels associés à l'exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquence sont très minimes (pratiquement inexistants): cependant, considérant qu'il n'y a pas de certitude absolue, la suggestion de l'OMS de réduire drastiquement tout le risque est, si possible, d'éloigner le smartphone du corps pendant la transmission.
Poster un commentaire
Vous ne pouvez plus poster de commentaire sur cette actualité car elle a été clôturée. Voulez-vous continuer cette discussion sur le forum?

Informaticien.be  - © 2002-2020 Akretio SPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?