Publié le: 16/05/2019 @ 21:06:23: Par Nic007  Dans "Internet "
InternetLe cofondateur de Wikipédia Jimmy Wales a vu naître, puis s'effriter son rêve d'un internet libre et universel, sous les assauts des gouvernements, tant autoritaires que démocratiques. Il ne l'enterre pas encore mais trouve bien peu de justifications à son « optimisme pathologique ». Déjà interdit en mandarin, Wikipédia est désormais inaccessible en Chine continentale dans toutes les langues. La Turquie bloque aussi l'encyclopédie en ligne depuis deux ans. Jimmy Wales a l'habitude de ce type de censure. Mais les barrières à la circulation d'informations de qualité sont devenues multiples. L'Europe semble l'inquiéter autant, voire plus, que les dictatures.

Il déplore, par exemple, que le Royaume-Uni soit sur le point d'instaurer un « système pour bloquer les sites pornographiques » (les internautes devront prouver leur âge pour y accéder). A l'échelle de l'Union, il rejette les deux dernières régulations emblématiques sur l'internet : la directive européenne sur le droit d'auteur et le Règlement européen de protection des données (RGPD), même si elles n'affectent pas directement Wikipédia. Si la directive est adoptée par les eurodéputés le 26 mai, les grandes plates-formes devront en théorie rémunérer les médias pour la réutilisation de leur production (même sous forme de liens) et filtrer les contenus dont ils n'ont pas les droits. Mais Jimmy Wales doute que les médias parviennent à obtenir des revenus supplémentaires et pense que les géants principalement visés, Google et Facebook, en sortiront globalement renforcés.
Poster un commentaire
Vous ne pouvez plus poster de commentaire sur cette actualité car elle a été clôturée. Voulez-vous continuer cette discussion sur le forum?

Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2019 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?