Publié le: 08/08/2019 @ 20:09:18: Par Nic007  Dans "Sécurité "
SécuritéL'utilisation de téléphones mobiles pendant de longues périodes (plus de 10 ans) n'augmente pas le risque de développer des néoplasmes malins (gliomes) ou bénins (méningiomes, névromes acoustiques, tumeurs de l'hypophyse ou des glandes salivaires). adéquat. En résumé , voici la conclusion de la méta-analyse réalisée par l'Istituto Superiore di Sanità et réalisée par des experts de différentes agences italiennes (ISS, ARPA-Piémont, ENEA, CNR-Irea). Cependant, les données actuelles ne nous permettent pas de comprendre le risque de tumeurs à croissance lente (intra-crânienne) et l'impact de l'utilisation des nouvelles technologies depuis l'enfance. Bien que le Centre international de recherche sur le cancer ait classé les radiofréquences en tant que "cancérogènes possibles", l'analyse, qui portait sur les études menées entre 1999 et 2017 , ne révèle aucune corrélation. Même les cas qui avaient précédemment affirmé le contraire, s'ils étaient évalués dans un contexte temporel plus large, montrent que la tendance générale n'était pas affectée par l'augmentation de l'exposition.

Cependant, selon Istisan, la plupart des radiations que nous absorbons quotidiennement proviennent précisément de l'utilisation du smartphone. Néanmoins, l’efficacité d’Internet est un facteur déterminant car plus la station de radio la plus proche est couverte, plus les émissions téléphoniques sont faibles. Dans tous les cas, la puissance moyenne par appel d’un appareil connecté en 3G ou 4G est 100 à 500 fois inférieure à celle des anciens téléphones connectés en 2G. L’utilisation d’écouteurs et d’un kit mains libres entraîne alors une réduction supplémentaire des radiations. Enfin, le mythe de la veille se dissipe : dans ce mode, les signaux émis sont très courts et se produisent à des intervalles assez dilatés, donc négligeables. Quelque chose de similaire s'applique également au Wi-Fi, qui se caractérise par une faible puissance et des cycles intermittents, de sorte qu'il génère des expositions à des niveaux très inférieurs aux limites légales actuelles. Et la 5G ? Bien qu'il soit impossible de prédire l'impact d'un système qui n'a pas encore été réalisé et qui pourrait connaître une forte expansion, s'il est vrai que les antennes augmenteront, il est également vrai que leurs puissances moyennes seront inférieures à celles des installations actuelles . L'analyse se termine par la référence à d'autres études en cours , qui devraient permettre de clarifier les incertitudes restantes , et aux recherches menées par l'OMS, qui actualiseront les évaluations de tous les risques pour la santé liés à l'exposition aux radiofréquences.
Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2019 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?