Enquête Salesforce: les gérants de PME belges indiquent que le manque de temps exerce une pression sur la santé
Publié le 27/06/2019 Dans Press Releases  Par zion
Le texte suivant est issu d'un communiqué de presse et ne reflète en rien l'opinion de la rédaction.
Deux-tiers (67%) des gérants de PME estiment que ce qu’on appelle la culture “hustle and grind” (turbiner sans répit) est nocive pour l’entreprise.
Plus de la moitié d’entre eux (55%) pointent le manque de temps comme source d’impact négatif sur leur propre santé et celle de leurs collaborateurs. Ce sont là les conclusions d’une enquête effectuée par Salesforce, chef de file mondial en matière de CRM.



ZAVENTEM, 27 juin 2019 - Bien que trois propriétaires belges de PME sur cinq (59%) travaillent de 31 à 40 heures par semaine - un total qui est très proche de la moyenne de tous les travailleurs à temps plein dans la zone EMEA -, de nombreux gérants soulignent qu’ils accomplissent leurs tâches en dehors des heures normales. A l’occasion d’une récente enquête, Salesforce s’est penché sur les principaux paramètres qui contribuent aux défis liés au facteur temps auxquels doivent faire face les PME dans la zone EMEA. Seulement un quart des participants belges à cette enquête disent ne jamais travailler les jours fériés (26%), pendant leurs vacances annuelles (25%), lors de fêtes religieuses (19%) et le week-end (18%).

Deux-tiers (67%) des propriétaires de PME interrogés déclarent que la culture dite de hustle & grind, qui consiste à turbiner sans répit et qui amène les collaborateurs à accumuler les heures supplémentaires, est malsaine. Toutefois, une personne sur quatre (24%) admet qu’une telle culture d’entreprise a bel et bien cours au sein de son entreprise. A cet égard, plus de la moitié (55%) pointent un manque de temps comme ayant un impact négatif sur leur propre santé personnelle et sur celle de leurs collaborateurs. A un point tel qu’un tiers des gérants de PME (33%) signalent que des collaborateurs ont pris des congés de maladie ou ont quitté la société pour des raisons de santé mentale.

« L’étude démontre clairement que le temps - ou plus exactement le manque de temps - a une influence très préjudiciable sur la santé générale au sein d’une entreprise et sur celle de ses employés », souligne Jo Buvens, vice-président régional et directeur général de Salesforce pour la Belgique et le Grand-Duché de Luxembourg. « Tous les services et toutes les actions d’une entreprise - depuis sa stratégie et la planification jusqu’à la formation en passant par le développement de produits, les ventes, le service clientèle, le marketing… - dépendent du temps qui est disponible pour mobiliser ce temps et les ressources de manière intelligente et productive. Moins les propriétaires ont le temps, plus le risque est grand que ces services ne reçoivent pas l’attention qui est nécessaire pour garantir la santé et la productivité des collaborateurs. »

Interrogés sur la raison qui les a poussés à lancer leur propre société, deux-tiers des propriétaires de PME (68%) expliquent que leur motivation se trouvait du côté d’un meilleur équilibre entre travail et vie privée. Mais seulement 59% d’entre eux estiment avoir réellement trouvé un meilleur équilibre dans la situation qui est aujourd’hui la leur. L’enquête de Salesforce démontre clairement que les entreprises ont un besoin urgent de temps (supplémentaire) à consacrer à leurs activités opérationnelles quotidiennes. La technologie peut en être un des leviers.

L’enquête souligne par ailleurs l’ambition que partagent les propriétaires de PME d’identifier des manières plus intelligentes et efficaces de résoudre toute une série de problèmes très spécifiques liés au facteur temps et, de manière connexe, d’autoriser une vision plus holistique et précise sur le potentiel qu’a la technologie de rendre possible un changement durable. Plus de la moitié des personnes interrogées (57%) s’accordent par exemple pour dire que les nouvelles technologies telles que l’Internet des Objets (IoT), l’Intelligence artificielle (IA) et la robotisation feront économiser du temps à leur entreprise tandis qu’un pourcentage comparable (56%) estiment que de telles nouvelles technologies ont d’ores et déjà rendu leurs employés plus productifs au cours des deux années écoulées.

« Le temps sera toujours une denrée rare. Le rythme de travail qui est inhérent au monde des affaires tel qu’on le connaît aujourd’hui continuera probablement de s’accélérer dans un avenir proche. Ce que démontre ce rapport, c’est que la technologie est un moyen important et aisément accessible permettant aux petites sociétés de se ménager quelques minutes ou heures supplémentaires qui, à long terme, feront la différence pour leur entreprise et leurs collaborateurs », conclut Jo Buvens.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2019 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?