Poster une réponse à un sujet: Le niveau de chômage
Attention, ce sujet est un sujet ancien (3573 jours sans réponse)
zion
Bien sur qu il y a des obligatons pour le pfi pour l entreprise :oh:
jimalexp
Voici une petite anecdote qui a un rapport avec cette discussion.

Une jeune connaissance a été pris récemment sous contrat PFI dans une entreprise familiale. Quelque temps après, le patron a retourné sa veste et apparemment tout ce qui l'intéresse c'est l'argent de la prime. Une personne du Forem a proposé de casser le contrat.

Ce genre d'histoire me heurte. S'il n'y aucune condition pour obtenir ces primes c'est manifestement la porte ouverte à l'exploitation. En plus, ce genre de contrat est rémunéré par l'ONEM et donc indirectement par le contribuable final. Ca donne une très mauvaise image du monde du travail.
antp

Mais par contre, obliger ce type de chômeur à bosser un peu en contre-partie de leur chômage les motiverait un peu pour travailler honnêtement et donc à payer des taxes et cotisations.


Et pour ceux qui se satisferaient de cette situation plutôt que de chercher un autre boulot, au moins ça ferait de l'emploi ainsi créé d'une certaine manière.

Si j'étais plein temps au black je ne pense pas que je pourrais rester inscrit au chômage à toucher des alloc en ayant la conscience tranquille :ohwell: Enfin, je dis ça, mais je suppose que c'est difficile de dire non à l'argent reçu ? :grin:
Puis le pire c'est qu'on risque d'être plus suspect vis-vis des impôts etc avec juste le travail au noir qu'avec ça + chômage :sweat:
J'ai pas vraiment d'expérience du chômage : je me suis inscrit à l'orbem juste après avoir eu mon diplôme, j'y ai relevé une annonce à laquelle j'ai répondu, j'ai été engagé directement (et bosse toujours là) et me suis donc désinscrit de l'orbem juste après :grin:
Bross
Philfr -> je ne suis pas Zorro...
Mais par contre, obliger ce type de chômeur à bosser un peu en contre-partie de leur chômage les motiverait un peu pour travailler honnêtement et donc à payer des taxes et cotisations.
Et il ne faut pas avoir fait l'unif pour tondre des parcs communaux, jeter du sel sur les trottoirs des vieilles dames, ou ramasser des crasses sur le bord des routes...

Et j'en connais des dizaines dans ce cas !!
philfr
Et depuis, il est toujours au chômage mais travaille en black plus de 40h semaine ce qui lui assure un salaire très confortable... Pire, il refuse du boulot !!!

Il a eu depuis 5 ans 3 contrôles, oui TROIS !! et à chaque fois c'est le patron pour qui il travaille en black qui lui fait les attestations de présentation d'embauche, mais avec un NON pour l'embauche car pas qualifié assez.


Dénonce-les, lui et son patron. Eux sont des vrais parasites du système, et eux doivent payer, pas ceux qui sont vraiment dans les difficultés.
philfr
Je fais toujours bien d'attendre l'intervention d'H2G2 dans ce genre de topic, ainsi par paresse, je n'ai plus qu'à plussoyer à fond, sachant qu'il aura exprimé bien mieux que moi ce que je pense aussi :tinostar: :h2g2-love:

Zion> réduire le coût du travail pour l'employeur serait en effet une bénédiction pour les petits entrepreneurs comme toi. Pour avoir engagé des gens par le passé, je sais à quel point passer ce cap demande un effort et une prise de risque énormes. Mais cette réduction de charges ne doit pas être faite sur le dos de l'aide sociale, mais bien sur celui du gros pognon pour lequel aujourd'hui la Belgique est un paradis.

Est-ce tous leur faute s'ils sont trop cons pour faire des études mais pas assez habile de leur main pour faire un boulot manuel?


Beaucoup d'entre eux sont habiles de leurs mains, mais ont la "malchance" de vivre dans un pays où un salaire de chinois ne leur permet pas de vivre décemment.
Les boulot manuels à leur portée sont délocalisés ou robotisés chaque fois que possible, parce que certains disents que cela augmente la richesse globale :kiki:
Bross
Pour mettre mon petit grain de sel à cette grosse convers, je vais faire un petit résumé d'une conversation que j'ai eu hier soir avec quelques personnes... justement sur le chômage ;-))))

Un ami est au chômage depuis plus de 5 ans, c'est quelqu'un de qualifié dans la maçonnerie.
Au début de son chômage, il n'a pas trouvé de boulot, en tout cas pas de boulot "clair" mais par contre en black il n'a pas eu de soucis !!
Et depuis, il est toujours au chômage mais travaille en black plus de 40h semaine ce qui lui assure un salaire très confortable... Pire, il refuse du boulot !!!

Il a eu depuis 5 ans 3 contrôles, oui TROIS !! et à chaque fois c'est le patron pour qui il travaille en black qui lui fait les attestations de présentation d'embauche, mais avec un NON pour l'embauche car pas qualifié assez.

Et dans cette conversation, je lui disais justement que si périodiquement on lui demandait de travailler pour la collectivité (aide à la commune, au vieille personne, etc, etc) pendant 15 jours/mois est ce qu'il serait d'accord ?

Sa réponse fut nette : pas question car si je fais ça, je ne saurais plus aller travailler en black.

Et quand je lui ai dit que finalement le chômage était quand même un "salaire" et que donc il pourrait quand même travailler un peu pour ce qu'il touche, il m'a répondu que non, que ce n'était qu'une aide pour qu'il puisse vivre...

Et après on s'étonne que le trou de la sécu est énorme...

Et pour finir, je vais dire que je ne me sens pas privilégié dans cette société, je suis à la base restaurateur, et lorsque j'en ai eu marre de bosser dans la restauration et que je voulais me "refaire" dans l'informatique, je me suis mis à étudier (à 28 ans) pendant 5 ans pour être là où je suis maintenant !!!!
Et pour nourrir ma famille, j'ai bossé dans une boyauderie (et c'est pas très valorisant), dans un abattoir et j'ai été tondre des pelouses en attendant de trouver un job dans l'info...

Donc pour paraphraser ma maman : quand on veut on peut !!!
H2G2

Bon on échange alors? :oh:
Parce que si tu trouves ça une chance de bosser comme indépendant quand tu commences (et je t'assure j'ai commencé comme ça) avec parfois aucun contrat pendant des mois et de devoir gratter les fonds de tiroir pour payer ces fameuses "lois sociales" qui sont tout sauf sociales quand t'as pas un franc en poche pour te payer à bouffer...

J'appelle ça une chance d'avoir du travail et de pouvoir en vivre, oui, même si c'est une chance qu'on gagne parfois durement sans rien devoir à personne :spamafote: C'est ce que je voulais dire en parlant de privilégiés, rien d'autre (merci à rfr, qui ne m'a pas compris de travers).
Au reste, il ne fallait pas te sentir visé par mon intervention juste parce qu'elle se trouvait sous la tienne. Pour info, je n'avais pas lu ton message quand j'ai posté. Je ne prenais personne à partie personnellement, je disais juste mon sentiment à la lecture de tout le sujet. De toute façon, tu sais très bien qu'il n'était pas dans mon propos de dénigrer tes efforts, pas la peine de monter sur tes grands chevaux. Et pas la peine non plus de m'expliquer, à moi, les difficultés des indépendants :oh:
Les exemples que tu donnes, je les connais, on peut probablement tous en citer l'un ou l'autre, et c'est le genre d'histoire qui revient sur le tapis dans chaque conversation sur le chômage ou le CPAS. Je ne dis pas que ce n'est pas vrai, mais ce sont des cas aussi révoltants que marginaux et, oui, ça me dérange qu'on les présente comme emblématiques de la faillite et de la "trop grande générosité" d'un système. Le couplet rance du chômeur-assisté-profiteur est aussi bateau que celui de l'indépendant fraudeur.
J'ai une amie inspectrice sociale qui passe ses journées à visiter des familles du quart-monde pour décider si, oui ou non, on va leur couper les allocations. Ce qu'elle voit là au quotidien est inimaginable de désespoir et de sordide. Ça aussi c'est révoltant, et c'est indigne d'une société soi-disant solidaire. Il faut n'avoir aucune idée des conditions de vies réelles de ces gens pour les ranger dans un grand sac avec l'étiquette "parasites" par-dessus :sweat:
Il y a un truc qu'il faut dire aussi, c'est que le chômage, et le chômage de longue durée a fortiori, a des effets pernicieux en termes de découragement, de perte d'estime de soi, sans parler des problèmes d'alcoolisme et tout ce qui s'ensuit qui se greffent par-dessus. Tout ça aboutit à des situations qui, vues de l'extérieur, donnent une impression d'oisiveté, de passivité et de complaisance dans une situation "confortable" alors qu'il y a souvent une vraie détresse derrière. Bien sûr, ce sont des faibles et des loosers. Et puis après? Ce n'est pas en leur rendant la vie plus dure qu'on en fera des chevaliers d'entreprise.
Jean-Christophe
Moi, j'ai été chômeur.

Ca n'a pas duré longtemps et heureusement! Pour en sortir, j'ai fait du helpdesk chez VOO. Après avoir eu une période rose comme consultant en infrastructure IT avec voiture de compèt', laptop, GSM et tout le brol, je peux vous dire que le contraste était saisissant (je suis d'ailleurs sur qu'ils ne m'aurait pas gardé chez VOO. J'étais plus malin que le chef et ça, c'est pas bon du tout pour une carrière chez eux).
De ce que j'en ai vu, je dirai que c'est 50/50 entre les gens qui se complaisent dans le chômage et ceux qui veulent en sortir.
Ce qu'il est important de comprendre, c'est qu'une même personne peut être dans une catégorie pendant quelques mois, puis en changer et y revenir. Il y a tant de facteurs qui influencent le regard que l'on porte sur soi-même que la limite entre les deux mondes est très mince.

C'est vrai que pendant quelques mois, je me suis laissé porter par le système. C'est vrai aussi qu'à d'autres moments, j'en ai bavé pour en sortir.

Ce dont je suis intimement persuadé, en revanche, c'est que celui qui cherche, trouve. Toujours.
Après avoir fréquenté les différents mondes professionnels par lesquels je suis passé, j'ai vu une telle variété de gens que je suis sur que chacun peut trouver un job à faire. Ce n'est peut-être pas le plus fun ou le mieux payé, mais ça permet de se regarder dans un miroir.
rfr


Et pourquoi parce qu'on a réussit on n'a aucun droit de jugement?
La réussite nuit à la clarté d'esprit?

Je ne vois vraiment pas en quoi cela te gêne, c'est tabou de parler des problèmes des autres? Alors que rien ne nous dit qu'on y sera pas un jour? Et que cela peut être intellectuellement intéressant de chercher des pistes pour améliorer la situation plutôt que de pleurer sur notre sort?

Faut se bouger, c'est pas en les plaignant qu'on fera bouger la situation bon sang!


Je ne dis pas que c'est parce que tu réussi, mais parce que tu ne connais rien ou si peu au monde du chômage (tout comme moi et la plupart des gens de ce forum).
Catégorie :  






Ada
CSS
Cobol
CPP
HTML
Fortran
Java
JavaScript
Pascal
Perl
PHP
Python
SQL
VB
XML
Anon URL
DailyMotion
eBay
Flickr
FLV
Google Video
Google Maps
Metacafe
MP3
SeeqPod
Veoh
Yahoo Video
YouTube
6px
8px
10px
12px
14px
16px
18px
Informaticien.be  - © 2002-2019 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?