Charon's Staircase
Publié le 09/11/2022 Dans Xbox Series X
Le Ministère règne d'une main de fer.

La nouvelle aventure d'horreur d'Indigo Studios a de bonnes idées, même si la réalisation n'atteint pas de hauts sommets. Nous avons déjà commenté la façon dont la flexibilité d'Unreal Engine 4 a permis aux studios, grands et petits, d'oser toutes sortes de jeux d'horreur. Charon's Staircase est l'œuvre du développeur espagnol Indigo Studios, et bien que nous puissions apprécier l'effort, nous avons rencontré quelques problèmes au cours de notre aventure. Cette aventure d'horreur subjective nous met dans la peau de Desmond, un agent du ministère (une sorte d'organisation fictive des années 1970) qui doit récupérer une série de documents dans le vieux manoir d'Oak Grove, où de terribles expériences humaines semblent enterrées à jamais. Notre mission consiste à explorer les environs (d'abord les bois avoisinants, puis le manoir et enfin un hôpital) pour découvrir ce qu'il est advenu de ces expériences et des responsables, dont on est sans nouvelles depuis des décennies. Nous n'avons pas d'armes ni d'outils et devons seulement parcourir les scénarios pour collecter des objets et résoudre des énigmes. Au début, tout sera basé sur la recherche d'une clé de la porte d'à côté, mais petit à petit, nous arriverons à des énigmes plus mystérieuses basées sur des devinettes ou, bien sûr, sur le piano désespéré. Mais bien sûr, en cours de route, nous rencontrerons d'étranges visions du passé et des aperçus fugaces d'êtres qui semblent nous hanter depuis des cachettes et des ombres. L'histoire de Charon's Staircase est racontée par Desmond lui-même au passé, avec des voix off occasionnelles lorsque nous atteignons des zones clés des scénarios.

Les textes et les doublages de Desmond sont localisés en français, bien que nous rencontrions de nombreuses fautes d'orthographe et quelques cas où les textes dans notre langue sont mélangés avec l'anglais. Malheureusement, ce n'est pas l'inconvénient le plus important que nous pouvons mettre sur le jeu. Dès le début, il est clair que le niveau graphique semble remonter à deux ou trois générations, avec des éclats terribles et des modèles de personnages et d'objets peu détaillés. En outre, les sources de lumière et les reflets dans les miroirs ont des effets très étranges : les zones qui devraient être éclairées sont par exemple obscurcies. A cela s'ajoutent des glitchs ici et là, comme certains objets flottant à quelques centimètres du sol, des flous de caméra non pertinents ou le détourage de certains éléments par rapport à d'autres. Nous avons joué sur Xbox Series X et il y a un choix entre le mode Performance et le mode Résolution, mais dans aucun des deux le mouvement est très fluide, seulement dans le mode Performance quelques bandes noires incompréhensibles sont ajoutées au-dessus et au-dessous.

Un concept très classique.

Mais qu'en est-il du gameplay lui-même ? Il est clair que, au niveau des énigmes, il s'inspire de classiques comme Alone in the Dark ou Resident Evil, et bien qu'elles soient plutôt fades au début, on en trouve d'intéressantes par la suite, basées sur le déchiffrage des messages que l'on trouve et leur transfert sur les claviers d'un coffre-fort ou sur des cartes de tarot. Le problème est que, parfois, les codes que nous devons déchiffrer sont trop ambigus et peuvent signifier plus d'une chose par rapport à ce que nous avons sur la table. Par conséquent, nous avons le sentiment qu'au lieu de réussir les tests par nous-mêmes, nous le faisons par essais et erreurs. Pour être juste, l'approche de nombre de ces énigmes est intéressante, mais l'exécution, comme on dit, n'est pas tout à fait à la hauteur en raison de la rhétorique de certaines énigmes, qui, à part aider à planter le décor, est inutilement confuse. Dans l'ensemble, il est clair que Indigo Studios sont des fans de jeux vidéo et de récits effrayants en général, avec quelques réflexions très littéraires typiques de la terreur romantique. Les journaux de propagande du ministère que nous trouvons sont également amusants, car nous y lisons des articles biaisés qui semblent typiques de No-Do. Et la musique au piano nous plonge dans une atmosphère mystérieuse et triste. En termes d'exploration, nous pouvons également trouver quelques photos des personnes impliquées dans le passé de l'histoire, mais il est alors impossible de les voir de près ou de trouver plus de détails à leur sujet. En bref, il y a de bonnes intentions, oui, mais l'exécution est assez décevante à plusieurs niveaux, malheureusement. Comme les modèles et les animations sont très simples, le facteur terreur s'estompe un peu, même si l'on reconnaît les sauts occasionnels.

En tout cas, s'il peut vous attirer, ce sera grâce aux énigmes que nous trouvons et dont la difficulté augmente progressivement. Comme on dit, les obstacles proposés semblent parfois trop importants, mais si vous aimez les défis, peut-être, juste peut-être, que vous vous intéresserez à ce jeu. Si ce jeu était sorti il y a une vingtaine d'années, il aurait sûrement intéressé une partie du public habituel du genre. Mais aujourd'hui, les jeux de ce style sont omniprésents sur toutes les plateformes (cette année, nous avons eu Oxide : Room 104 , Fobia : St. Dinfna Hotel ou bien encore Madison, et bien qu'il s'agisse de projets tout aussi modestes, ils sont beaucoup plus convaincants).

VERDICT

Charon's Staircase est en deçà de cette " concurrence " et, honnêtement, nous ne pouvons pas vous recommander de dépenser les plus de 30 euros qu'il coûte (en version numérique et physique, d'ailleurs), à moins que le prix ne baisse à l'avenir ou que vous soyez un collectionneur de tous les jeux d'horreur qui sortent, bien sûr. Sinon, il vaut mieux le laisser de côté pour le moment, comme s'il s'agissait de la propagande du ministère.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
6 / 10
Informaticien.be - © 2002-2023 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?