Deathloop
Publié le 04/10/2022 Dans Xbox Series X
Entrer dans la boucle.

"Je ne me souviens pas comment j'ai atterri ici. Je me suis réveillé sur une plage jonchée de détritus et de quelques planches de bois gonflées d'eau - peut-être suis-je un naufragé ? - Je suis entré dans une petite pièce à quelques mètres de là. J'ai ensuite traversé une série de tunnels souterrains jusqu'à ce qu'une voix stridente me brise presque les tympans. Juli... Juliette, ça devrait être son nom. Julianna, mon nom est... mon nom est.... JULIANNA. A ce stade, je pense que tu le fais exprès. Il m'a dit des phrases qui semblaient n'avoir aucun sens à ce moment-là, quelque chose à propos d'une boucle temporelle à protéger, alors que j'avais l'intention de la détruire. Vous ne comprenez toujours pas. Ça ne sert à rien d'essayer, Colt, la boucle va recommencer. Encore et encore. Vos menaces à mon égard ne prendront de la valeur que plus tard, après un préambule corsé orchestré pour vous familiariser avec les mécanismes de cette terre oubliée. Ce n'est que plus tard que j'ai compris que le cycle est lié à la présence de huit personnes, les Visionnaires de Blackreef. Tous plus fous les uns que les autres, ces criminels sont comme une ancre qui le maintient à flot, mais j'ai compris comment l'entraîner vers le bas. Il suffira de les tuer tous d'ici la fin de la journée, car le lendemain matin coïncide avec le début d'un nouveau départ éprouvant pour les nerfs. Et je m'assurerai que tu échoues demain, aussi. Tu sais ça, hein, Colt ?"

Si, même au stade de la prévisualisation, les prémisses et le déroulement de Deathloop vous ont semblé confus, sachez que le fait d'en faire l'expérience par vous-même dissipera ce brouillard compréhensible. Nous sommes d'accord avec Arkane lorsqu'il qualifie Deathloop d'atypique, plutôt que de compliqué. Accablant oui, au moins pour les premières heures, car il vous jette une quantité stupéfiante d'informations, d'instructions, de textes qui sont particulièrement importants pour le gameplay. Plus que par le passé, le contexte narratif et la méthode de narration du dernier FPS du groupe français pourraient s'avérer clivants. Si vous lui donnez une chance, cependant, vous trouverez une excellente écriture des dialogues, le duo de protagonistes et une histoire en général de plus en plus alléchante qui vous attend. "J'aime tirer. J'ai toujours apprécié. Je pensais que je faisais ça pour gagner quelques Benjamin Franklin, pas pour survivre à une fusillade mortelle. L'île offre un bon assortiment d'armes, dont des mitrailleuses et des pistolets, ainsi que le sempiternel couteau, ce qui constitue un solide dispositif de tir à la première personne et de furtivité ludique. Cibler les Eternalistes, des mannequins similaires qui se consacrent à l'élévation de la barre. Si vous avez littéralement tout le temps du monde, seriez-vous vraiment surpris de le passer à vous amuser comme... il n'y a pas de lendemain ? Oh, tu as compris, Colt ? Tu comprends ?"

Embrasser la boucle.

C'est aussi satisfaisant que facile, puisqu'il suffit d'une poignée de tirs pour qu'ils disparaissent dans un nuage de fumée, me laissant avec des munitions et plus à collecter. L'approche arcade du jeu de tir est évidente et dans Deathloop, il arrive rarement que l'arme se bloque, bloquant l'un des boutons dorsaux et vous obligeant à la débloquer. Si vous ne portiez pas d'arme, la voie du silence serait la plus facile. Se placer derrière les ennemis et les poignarder n'est pas du tout compliqué, il suffit d'étudier leurs mouvements, d'éviter de les alarmer - leur fenêtre est bien trop large - et d'aller droit à la cible. Même les Visionnaires ne donnent aucune satisfaction, à tel point que le véritable défi consiste à concevoir un plan pour les éliminer tous en une journée, et non pas le combat lui-même. L'intelligence artificielle souffre peut-être de la tendance à vouloir élargir le public cible, qui voit des adversaires marionnettes à notre merci. Ils ne sont pas vraiment stupides, ils sont juste sous le choc du reboot constant de la journée. Blackreef est subdivisé dans l'espace et dans le temps : quelques cartes conçues par d'habiles architectes représentent notre terrifiant carnaval de destruction, des zones vastes mais aussi contenues auxquelles on accède par le menu principal. Un écheveau presque étouffant d'options pour préparer l'arsenal, choisir l'indice à suivre et le moment de la journée sert de préambule à chaque randonnée. Comme mentionné, chaque cadavre laisse derrière lui des armes et des dog tags, c'est-à-dire des disques imprégnés de pouvoirs distincts à équiper dans la section appropriée. Il n'y a pas que celles dédiées à Colt, qui confèrent un double saut, une endurance accrue ou autre, mais les armes peuvent également être améliorées avec de tels concentrés de puissance.

Matin, midi, après-midi et soir sont les quatre instants au choix, ce qui signifie qu'il sera possible, par exemple, de se rendre au laboratoire tôt le matin pour trouver l'un des voyants, ou d'accélérer les heures pour le voir alors que le soleil est haut et entrer sans que personne ne nous attende. L'IA suit certains rythmes et il nous appartiendra de les analyser et de les utiliser en notre faveur. Contrairement à certains Roguelike plus purs, aucune mission n'est un gâchis : vous ne ferez peut-être pas taire le criminel en service, mais vous tomberez certainement sur des documents précieux et des changements de personnages. La maîtrise empruntée à Dishonored s'est largement répercutée dans le level design de Deathloop, avec de grandes zones qui crient la liberté d'approche au joueur. Il peut en effet passer par un chemin caché par de hauts rochers pour échapper aux Eternalistes, ou passer par les toits du centre et entrer par une fenêtre ouverte au hasard. Tout est en faveur d'un éventail important de solutions possibles, même si, pour être juste, après un laborieux va-et-vient, tout se termine par un coup de couteau dans la poitrine de l'homme recherché.

Être la boucle.

Talos I est à des années-lumière de Blackreef. La géographie et le climat de cet atoll maudit pourraient le rapprocher de l'hémisphère sud, près de l'Australie, où la chaleur sèche rencontre et se heurte au froid glacial de l'Antarctique. Une plage de sable fin se heurte à des rochers impétueux prêts à s'élever à perte de vue. Pourtant, à l'intérieur des montagnes, les zones urbaines et les bases militaires et scientifiques prennent largement la place de la nature. Les décors sont réalistes et surréalistes à souhait, précis dans leur cadre des années 1960 aux États-Unis et en même temps adoucis par une esthétique psychédélique proche d'un produit animé. Ce que Colt ne comprend toujours pas,c'est que la Boucle doit être protégée, d'abord parce qu'il s'agit d'une application scientifique absurde qui nous permet de détruire l'une des pierres angulaires de cette morne existence monotone, la mort, et ensuite parce que... Eh bien, il faut avouer que c'est splendide de décider d'envahir le jeu d'un des nombreux Colts et de se mettre en travers de son chemin, de lui bloquer toutes les issues et il n'a plus qu'à pirater les tourelles que vous utilisez pour le piéger ou à nous affronter de front, même si, bien sûr, il doit d'abord vous trouver. Bien sûr, il est arrivé d'être distrait et Colt a réussi à nous trouver, ce qui a permis de continuer la boucle et même d'obtenir du Raridium toujours utile, mais on ne peut pas nier que c'est toujours aussi drôle.

Deathloop offre une bonne synergie entre la conception du jeu et la direction artistique a évoqué une conjonction entre A Clockwork Orange et les premiers 007, si vous voulez chercher des exemples familiers. Tout cela donne un jeu visuellement bon, avec des textures polies alternant avec quelques petites taches, capable de tenir jusqu'à 60 fps. A noter quelques blocages d'écran d'une dizaine de secondes, qui n'ont pas encore été résolus malgré une mise à jour effectuée avant le lancement. Si la musique de Deathloop ne fait pas crier au miracle, passons un dernier commentaire en faveur du doublage français. Un travail fait de synergies entre le duo de connaissances némésis qui encourage l'identification.

Quoi de neuf sur Xbox ?

Deathloop était l'un des premiers aperçus de cette " nouvelle génération " de consoles, avec le guillemet absolument obligatoire, qui peine de manière réaliste à décoller. Avec Returnal, le fps à l'esthétique futuriste et funky développé par Arkane Studios et édité par Bethesda, il était en fait l'une des très rares exclusivités PlayStation 5 à n'être sortie que sur l'actuel vaisseau amiral de Sony. Mais puisque nous parlons d'Arkane Studios et de Bethesda, désormais dans la maison Microsoft, l'exclusivité Playstation a (comme convenu bien sûr) pris fin, et Deathloop débarque enfin sur les Xbox Series X et S inclus, comme c'était plus qu'évident, dans le service GamePass aussi ! Deathloop pour Xbox ressemble à s'y méprendre à celui qui est sorti il y a quelque temps sur Playstation 5. En conclusion : Deathloop sur Xbox est-il un chef-d'œuvre ? Non, absolument pas, car il ne l'était pas non plus sur Playstation 5. Quelques défauts (l'IA des ennemis... ugh !) mais visibles et un manque d'émerveillement next-gen lui arrachent brutalement cette définition. Deathloop est cependant un jeu magnifique, magnifique. Bien pensé, parfois brillant, captivant et, surtout, amusant. Et c'est aussi sur GamePass... Que voulez-vous de plus ? !? A noter que si vous cherchez une version physique, le jeu est disponible en exclusivité à la Fnac.

VERDICT

Avec Deathloop, Arkane Lyon nous a offert un aller simple pour Blackreef, impossible à refuser. Si la base réitérative est typique du roguelike, le gameplay, l'histoire et l'âme du jeu sont tous le produit des développeurs français. L'intrigue et la construction du sont accompagnées d'un système de jeu hybride entre le jeu de tir à la première personne et la furtivité. Si le premier est satisfaisant, le second ne répond pas entièrement à l'idée de départ, faisant appel à des mécanismes familiers mais élémentaires. L'intelligence artificielle des ennemis fait de chaque mission une victoire presque simple. Dans Deathloop, la liberté d'approche prônée par l'équipe de développement est bien pensée et convaincante, même si elle risque de se réduire à un simple walk-through se terminant par un kill silencieux, en prenant soin de ne pas réveiller notre némésis ...

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
8 / 10
Informaticien.be - © 2002-2022 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?