Rentrée des classes: les tendances smartphone à surveiller, vues par ESET
Publié le 06/09/2021 Dans Press Releases
Le texte suivant est issu d'un communiqué de presse et ne reflète en rien l'opinion de la rédaction.
1. Tout tourne autour d'Instagram, de TikTok et de YouTube
Pour les enfants, il y a les médias sociaux et les applis incontournables : Instagram (alias « IG »), TikTok et YouTube. Les enfants utilisent les deux premiers pour partager de courtes vidéos et d'autres contenus multimédias avec leurs amis, leur famille et leurs suiveurs. IG et TikTok ont évolué pour inclure d'innombrables façons de partager du contenu et d'être créatif.
En ce qui concerne YouTube, vos enfants peuvent partager des vidéos de leurs stars YouTube préférées avec des amis, ou regarder et imiter une vidéo virale. YouTube permet aussi la publication de vidéos, y compris du live streaming. Mais la partie commentaires est connue pour sa toxicité «Wild West», dynamique et endémique.

Voici quelques points importants concernant les principales plates-formes de médias sociaux d'aujourd'hui :
- La plupart des enfants utilisent les médias sociaux sur mobile pour prendre photos et vidéos et les publier simultanément sur les réseaux sociaux.
- Tout est une « histoire » ou une « bande ». Avez-vous vu des enfants marcher dans la rue en gesticulant avec leur iPhone ? Ils créent probablement des « histoires », des « bandes » ou des « TikToks », des contenus courts et consommables à partager avec leurs suiveurs.
- Les enfants utilisent aussi ces plateformes pour communiquer, créer des relations et même intimider. La plupart de ces plates-formes ont aussi des capacités de messagerie.
- Tout le monde peut voir les comptes publics. On peut créer des comptes privés, ce qui limite aux connexions approuvées les personnes pouvant voir le contenu publié. Le contenu public peut cependant apparaître dans de NOMBREUX endroits différents, sur et hors de l'appli.
- La section commentaires est un zoo qui peut être amusant et positif mais qui peut aussi être la source d'intimidation toxique et avilissante pouvant avoir un impact sur l'amour propre d'un enfant.
- Les filtres pour l'âge peuvent être facilement contournés et ces plates-formes hébergent une partie de contenu inapproprié pour les enfants.

2. Ce que vous ne savez pas sur les MD
Si vous connaissez l'expression « glisser dans vos MD », vous savez qu’il s’agit de l'abréviation de messages directs. La plupart des applications mobiles utilisée pour interagir à l'école, y compris les médias sociaux, ont une fonctionnalité DM. Selon la plate-forme et les paramètres de sécurité du compte, certaines personnes peuvent recevoir des MD non sollicités de la part d'étrangers.
C'est un problème pour la rentrée des classes. Tout d'abord, si vous surveillez l'utilisation des médias sociaux d’un enfant à partir d'un autre appareil, vous ne voyez pas ses MD qui sont privés pour l'utilisateur connecté. Cela peut créer une sorte de messagerie de textes fantômes que les enfants peuvent utiliser pour communiquer en privé, sans surveillance.
De plus, les MD peuvent être dangereux. Ainsi, Instagram a dû introduire de nouvelles mesures pour empêcher les ados de recevoir des MD de personnes inconnues car c'est un point d'entrée pour les prédateurs. Les ados peuvent cependant communiquer avec des inconnus via MD à l'insu des parents. Il s'agit d'un vrai problème de sécurité sur une plate-forme vue par les parents comme étant uniquement destinée au partage de photos.

3. Êtes-vous Fortnite ?
Imaginez : vous assistez à un match de hockey et, à l’écran, on montrent des gens qui dansent. Votre enfant se lève et commence à danser avec les bras et ses hanches, l'« Emote Floss de Fortnite », vous dit-il plus tard. Fortnite est un des nombreux jeux populaires auxquels les enfants jouent sur leurs smartphones. D'autres sont Minecraft, Animal Crossing et Pokemon Go.

La première chose qui inquiète les parents avec les jeux sur smartphone est leur utilisation. Ils craignent que leurs enfants ne passent trop de temps à jouer. Compte tenu de la nature addictive et gamifiée de ces jeux, c'est une préoccupation bien réelle. Mais, pour la rentrée, voici d’autres points à garder à l'esprit :
- Les enfants créent des groupes sociaux autour des jeux auxquels ils jouent en ligne
- De nombreux jeux se jouent en groupe avec une interactivité intégrée (micro, chat, etc.)
- De nombreuses tendances et mèmes proviennent du monde du jeu vidéo
- La plupart des applications permettent des achats intégrés qui peuvent entrainer des coûts élevés
- La plupart des écoles ont une liste de jeux non autorisés.

Soyez réaliste et ne faites pas cavalier seul
Par le passé, les enfants se promenaient avec des portefeuilles et de la monnaie dans leurs poches. Aujourd’hui, ils se déplacent avec des ordinateurs connectés à Internet. Pour eux, c'est un pouvoir énorme. Ils peuvent prendre des photos, enregistrer des vidéos et partager tout et n'importe quoi autour d'eux.
L’évolution est rapide. En effet, pour les enfants et les ados, l'utilisation du smartphone est désormais la norme qui doit être gérée, plutôt que l’exception à éviter. La façon dont ils utilisent ces téléphones, pour le meilleur et pour le pire, évoluent plus rapidement que les parents ne peuvent suivre.
La meilleure défense n'est pas que la sensibilisation, mais aussi la communication avec les enseignants et le personnel scolaire. Que voient-ils ? Quelles sont leurs politiques à propos des smartphones et comment fonctionnent-elles ?

De plus, les parents peuvent s'appuyer sur des technologies de sécurité mobiles telles que le contrôle parental pour surveiller les comportements s’ils ne peuvent pas être présents. Ils ne savent peut-être pas tout ce qui se passe, mais c'est un pas dans la bonne direction vers une année scolaire plus sûre.
A propos d’ESET

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Informaticien.be - © 2002-2021 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?