Outriders
Publié le 08/04/2021 Dans PlayStation 4
Des hubs au lieu d'un monde ouvert.

Le jeu de People Can Fly (Bulletstorm) est un véritable jeu de tir à butin dans le style de The Division ou Destiny. Cependant, afin de ne pas faire fuir les joueurs avec des absurdités de service en direct comme Marvel's Avengers, l'accent est mis sur l'action coopérative et un mode solo à part entière. L'histoire vous occupera pendant environ 35 à 40 heures, en fonction du nombre de missions annexes que vous accomplirez. Dans le contexte de l'histoire, nous sommes propulsés sur la planète Enoch, car la Terre a été mise en faillite par l'humanité. Mais Enoch n'est pas vraiment une bonne alternative. Les forces naturelles comme les tempêtes, les anomalies cosmiques et les forces surnaturelles rendent la survie sur cette planète étrangère pas si facile. Ce qui semble amusant au début s'accompagne progressivement de tous les clichés d'un jeu de tir spatial. Un seigneur de guerre meurtrier est toujours la fille naïve et douce qui avait le cœur au bon endroit au début. L'intrigue est dominée par des répliques faibles qui ne font que lancer des insultes. À un moment donné, nous nous sommes demandés si c'était encore amusant ou si nous étions déjà trop vieux pour ces bêtises.

Et si vous jouez le jeu en français, vous vivrez une scène embarrassante après l'autre. Les doubleurs anglophones ne sont que marginalement meilleurs, mais au moins il y a toujours un flux de conversation décent ici. Le rebondissement scénaristique du jeu est au moins aussi prévisible que le fait que Bruce Wayne soit Batman. Au final, l'impression demeure que l'ensemble est au moins assez savoureux et que le scénario avec toutes ses scènes d'action fonctionne un peu comme l'équivalent de Michael Bay en tant que loot shooter. Et puis, les lieux du jeu sont non seulement très variés, mais ils sont aussi parfois très élégants. Dans le jeu lui-même, vous ne vivez pas dans un monde en ligne persistant comme dans The Division, mais dans un monde central. C'est-à-dire que vous sautez vers de grands points de collecte et vous vous téléportez de là vers les missions. Bien sûr, cela présente l'avantage que l'univers du jeu ne semble pas aussi vide que dans The Division 1 ou, par moments, même dans la partie 2. En revanche, tout semble un peu coupé les uns des autres, même si cela ne nous a pas trop gênés. Toutes les missions sont jouables en co-op (en ligne) !

Destiny rencontre Diablo.

Du point de vue du gameplay, Outriders est un vrai plateau, et décomposer l'ensemble du jeu au plus petit dénominateur commun serait une thèse d'étudiant de licence en soi. Nous allons donc garder les choses aussi simples que possible ici, aussi complexes que nécessaire. Lorsque vous êtes sur le champ de bataille, Outriders se transforme en un véritable spectacle d'action. Vous pouvez équiper jusqu'à trois compétences en même temps, ce qui n'est pas sans rappeler Diablo. De plus, toutes les compétences ont un temps de recharge si court que vous pouvez les lancer en staccato, créant ainsi un véritable feu d'artifice d'effets sur votre téléviseur (ou écran de PC) à la maison. Ralentir le temps, se déplacer d'un point A à un point B à la vitesse de l'éclair, trancher les ennemis avec une épée ou les éliminer à distance avec de puissants pistolets - Outriders offre des options pour tout le monde.

Le jeu vous permet de choisir parmi quatre classes différentes. En plus de l'assassin, vous avez également un mage de feu, un guerrier et un soigneur à distance, qui se jouent tous très différemment. Il est également intéressant de noter que les quatre classes nécessitent des approches complètement différentes, ce qui augmente considérablement la valeur de rejouabilité. Mais surtout, chacune des quatre classes est vraiment surpuissante ! Au fur et à mesure que vous montez en niveau, vous débloquez de nouvelles compétences de manière classique, vous pouvez obtenir un équipement plus puissant, et ainsi de suite. Si vous êtes habitué à des jeux comme The Division ou Destiny, vous connaissez le principe : se baisser et attendre le bon moment pour tirer. Outriders est tout le contraire. Comme dans Doom Eternal, l'attaque est la meilleure défense. Celui qui se précipite en avant et qui fonce "à toute allure" gagne. Si tu restes debout, tu meurs. L'arsenal d'armes est plutôt standard, cependant. Les mitrailleuses, les pistolets, etc sont tous dans le coup ici. Nous aurions aimé voir des armes de fantaisie.

Des niveaux mondiaux et du butin.

Si vous avez déjà joué à The Division 2 ou à Diablo 3, vous connaissez le concept de base de ce qu'on appelle le niveau mondial. Outriders en utilise également 15 au total, ce qui vous permet d'adapter le niveau de difficulté à votre équipement et à vos compétences de jeu. Plus vous restez sur un niveau particulier et surtout survivez, plus une barre se remplit. Lorsqu'elle est pleine, vous passez au niveau supérieur. Toutefois, si vous mourez entre-temps, vous perdrez une partie de votre progression. Il n'est cependant pas possible de perdre des paliers mondiaux - ils servent de limite inférieure.Au fur et à mesure que vous gagnez des niveaux, vous recevez du nouveau butin, parfois des armes légendaires. De plus, les ennemis ne se contentent pas de laisser des butins plus importants, mais laissent de plus en plus souvent derrière eux des butins rares qui peuvent parfois être bien plus puissants que tout ce que vous avez reçu auparavant. D'un autre côté, bien sûr, les ennemis sont maintenant plus puissants. Une astuce intéressante : si vous ne voulez jouer que l'histoire, il vous suffit de choisir le niveau le plus bas et de tirer à travers, car le butin ne joue aucun rôle à ce niveau.

Au fur et à mesure que vous gagnez des niveaux, vous recevez du nouveau butin, parfois des armes légendaires. De plus, les ennemis ne se contentent pas de laisser des niveaux de butin plus élevés, mais laissent également derrière eux des butins de plus en plus rares, qui peuvent parfois être nettement plus puissants que tout ce que vous avez reçu auparavant. D'un autre côté, bien sûr, les ennemis sont maintenant plus puissants. Une astuce intéressante : si vous ne voulez jouer que l'histoire, il vous suffit de choisir le niveau le plus bas et de vous frayez un chemin, car le butin ne joue aucun rôle à ce niveau. En termes de butin, nous voulons donner les meilleures nouvelles dès le début : Outriders ne vous inonde pas de butin comme Diablo ou The Division/Destiny. Heureusement, la gestion des stocks qui a lieu toutes les 20 minutes n'est plus nécessaire. Il est également très agréable que les articles verts, par exemple, ne doivent pas être jetés immédiatement. Avec les bons matériaux, vous pouvez le transformer en un objet bleu ou plus rare. Ajoutez-y des mods et elle peut soudainement devenir l'arme la plus géniale que vous ayez jamais utilisée pendant quelques heures. La plus grande critique concernant l'ensemble du butin est que les armes ont l'air génériques et que leur design est parfois terrible. Ici, un véritable look futuriste aurait été approprié plutôt que ce compromis entre le présent et "les extraterrestres ne sont pas beaucoup plus loin".

Du co-op avec des difficultés d'équilibrage.

Bien que le mode solo soit très bien équilibré, il y a plusieurs problèmes en mode coopératif. Comme d'autres titres du genre, Outriders évolue en fonction du nombre de joueurs et s'aligne sur l'hôte. Et c'est avec l'hôte que le dilemme commence. Si l'hôte choisit un niveau mondial supérieur à celui que les autres joueurs peuvent supporter, l'ambiance peut rapidement changer. Plus il y a de joueurs dans le jeu, plus il y a d'ennemis sur le champ de bataille. Et si les autres joueurs ont tendance à visiter la difficulté inférieure, ils ne seront qu'un fardeau au lieu d'être une aide dans les niveaux supérieurs. En outre, le niveau de l'hôte joue un rôle important. Par exemple, si l'hôte est de niveau 20 mais que les autres sont de niveau 5 ou 10, ils obtiendront un meilleur butin, mais les ennemis sont tout simplement trop puissants pour les deux joueurs de bas niveau. Dans l'autre sens, cela ne vaut pas non plus la peine pour le joueur de niveau 20.

Nous avons également remarqué des effets secondaires inhabituels que nous classons comme un bug. Par exemple, des missions de primes apparaissaient parfois qui n'étaient pas du tout prévues pour notre niveau et rendaient le jeu inutilement difficile. D'autre part, il y avait des fluctuations massives dans les niveaux d'ennemis. À l'époque, notre groupe était composé de joueurs de niveau 20-28. Cependant, à un moment donné, une vague d'ennemis de niveau 31 est apparue. Au grand malaise du niveau 20. Il est à espérer que les développeurs régleront ces problèmes, car en principe, la coopération est la plus amusante et permet de garder les groupes de joueurs qui veulent jouer ensemble à long terme.

Et la fin de partie ?

Une fois que vous avez terminé l'histoire d'Outriders, elle se poursuit de manière transparente dans les Expéditions. Si les missions s'intègrent parfaitement à l'histoire du jeu, elles recyclent d'anciens boss sans approfondir leur histoire. C'est un numéro de funambule réussi qui ne laisse pas dans l'ombre ceux qui ne s'intéressent qu'à l'histoire et qui divertit ceux qui sont prêts à relever de vrais défis. Ce qui est divertissant, cependant, c'est que cette partie du jeu vous emmène également dans des endroits complètement nouveaux qui n'ont pas été vus dans l'histoire. À la fin d'une expédition, vous devrez généralement vaincre un boss final plus coriace. Après avoir réussi, vous recevrez non seulement un super équipement, mais aussi de nouvelles expéditions et de nouveaux défis. Ces derniers sont résistants et s'échelonnent en fonction de 15 rangs. Les niveaux mondiaux jouent également un rôle important ici, bien que les Tiers n'ont pas autant d'impact que dans le reste du jeu.

Vous utilisez les ressources obtenues lors des défis ou des expéditions pour en débloquer d'autres. Le but est d'atteindre l'œil du cyclone sur la grande carte d'expédition, où se trouve la véritable fin du jeu. Au fur et à mesure que vous progressez, le jeu devient plus difficile et un équipement plus puissant est nécessaire. Une spirale motivante de pillage et d'optimisation de vos capacités se développe. Même si vous avez des compositions de compétences sous-optimales, toutes les missions sont réalisables - vous devrez tirer le meilleur parti de vos choix. Cependant, il est recommandé de ne pas se lancer dans des expéditions avant d'avoir atteint le niveau maximum 30. Cela vous épargnera bien des soucis.

Une technique réussie.

La version PlayStation 4 du jeu fonctionne à 30fps en douceur (60fps sur PS5) et offre une résolution dynamique de 1080p (1800p sur PS5). À partir de ces valeurs, l'image est reconstruite en 4K sur PS4 Pro/PS5, il convient de mentionner que l'image globale est toujours réussie sur un téléviseur 4K, merci à la flexibilité de l'Unreal Engine 4. Ce n'est que lorsque vous êtes vraiment proche de l'écran que vous remarquez la résolution inférieure par endroits. La fréquence d'images, quant à elle, reste stable, à quelques exceptions près, de sorte que l'action ne subit aucune perturbation même sur les vieilles consoles, seuls les temps de chargement s'avèrent beaucoup plus lents que les supports modernes. Visuellement, Outriders fait une solide impression et convainc par de beaux effets et de bonnes textures. Néanmoins, la palette de couleurs peut parfois sembler un peu maigre. Sur le plan acoustique, il n'y a pas non plus de quoi se plaindre - à l'exception des pauvres doublages français. La performance des serveurs du jeu était plutôt faible, surtout au lancement du jeu, car les serveurs n'étaient pas à la hauteur. Entre-temps, la situation s'est nettement améliorée et il n'y a plus d'obstacles au plaisir du jeu en ligne. A noter que si vous achetez le jeu sur PS4, vous pourrez bénéficier d'une mise à niveau gratuite sur PS5, de même que le crossplay et le crosssave.

VERDICT

Dans l'ensemble, nous avons apprécié la découverte d'Outriders et surtout le mélange excitant d'Action-RPG et de Loot-Shooter. Plus on avance dans le jeu, plus on plonge dans les profondeurs étroitement tissées du jeu, qui deviennent de plus en plus complexes, mais jamais écrasantes. Tout s'imbrique comme un grand engrenage - tout simplement merveilleux. La motivation à long terme est également prise en charge, car les expéditions deviennent de plus en plus difficiles, la spirale motivante d'un meilleur butin et de rangs mondiaux plus élevés intrigue rapidement, et grâce à la coopération - bien qu'avec des faiblesses - la composante sociale du jeu est également rapidement convaincante. Sur le plan technique, la PS4 s'en sort relativement bien, le framerate tient le choc à 30fps sans trop sacrifier les graphismes. Évidemment, sur PS5, le résultat est encore plus réussi.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
7 / 10
Informaticien.be  - © 2002-2021 Akretio SPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?