Darksiders III
Publié le 19/01/2019 Dans PlayStation 4  Par Nic007
Rappel des faits.

War, le premier cavalier de l'Apocalypse, a été abusé par les forces du mal, ce qui a provoqué prématurément la fin du monde dans Darksiders premier du nom. Désormais accusé d'avoir enfreint la loi sacrée en déclenchant les hostilités entre les Cieux et les Enfers, War retourne sur Terre afin de découvrir qui l'a trompé et punir les véritables responsables. Mais n'oublions pas que War sera poursuivi par l'Enfer et le Paradis, ce qui ne sera pas sans poser de problème. Au sein de Darksiders II, vous contrôliez Death, le frère de War et le plus redouté des quatre cavaliers de l'Apocalypse, qui va devoir laver l'honneur familial en ressuscitant l'humanité. Une quête qui sera difficile à tenir, tant le personnage devra évoluer dans différents univers sans pouvoir vraiment intervenir sur sa destinée. Développé par feu-Vigil Games, la série Darksiders doit son univers à Joe Madureira, un célèbre auteur de comics. Rien d'étonnant donc que l'histoire prenne place dans un univers post-apocalyptique particulièrement violent. Après avoir porté les versions remastérisés des deux premiers opus sur les consoles actuelles, Gunfire Games, un studio composé par des anciens de Vigil, a obtenu le feu vert de Nordic Games (devenu depuis THQ Nordic) de concevoir un troisième opus inédit. Darksiders III nous ramène sur une Terre en proie à l'Apocalypse, où vous dirigez à présent Fury, la plus imprévisible et énigmatique des Quatre Cavaliers, devant traquer et anéantir les Sept Pêchés Capitaux afin de restaurer l'ordre entre le bien et le mal sur la planète. Cependant, il y a un plus gros complot derrière tout cela qui est révélé pendant la campagne.

La série Darksiders est réputée pour son style artistique somptueux, son excellent système de combat, ses combats de boss épiques et bien sur sa mécanique de jeu de rôle approfondie. Cependant, Darksiders III a laissé tomber une grande partie de ces éléments, sans doute à cause d'un manque indéniable de budget, une constante chez THQ Nordic qui publie beaucoup mais semblent peu disposé à dépenser des dizaines de millions d'euros sur un seul jeu. Bref, les mécaniques ont été passablement simplifiées, il n'y pas de système de butin, l'arbre de compétences s'avère linéaire et le monde ennuyeux à explorer n'offre aucune autre perspective que de faire avancer l'histoire dans l'espoir que les choses s'améliorent. Le long du jeu, vous rencontrerez des personnages familiers dont vous vous souviendrez des jeux précédents. Cependant, ils ne jouent aucun rôle réel dans Darksiders II et constituent davantage un clin d'oeil qu'autre chose. Uthane revient en tant que créateur dans le jeu pour mettre à niveau le fouet de Fury en utilisant des matériaux qu’elle trouve à travers le monde, alors que War et d’autres personnages apparaissent de temps en temps. Fury, en revanche, est un personnage plutôt réussi. Elle est assez directe et exécute une performance assez dure dans sa quête pour tuer les péchés. Elle peut en faire un peu trop parfois, car la colère et l'attitude je-m'en-foutisme fatigue au bout d'un moment.

Un gameplay passablement simplifié.

Le premier problème majeur avec Darksiders III est le manque de donjons. Les deux premiers jeux étaient connus pour leur expérience inspirée de Zelda. Vous exploriez le monde ouvert géant, trouviez un donjon, tuiez un tas d'ennemis, trouviez une clé et éliminiez un boss épique. Darksiders III, d'un autre côté, a maintenant un monde interconnecté avec ses ennemis et ses boss. Cela fonctionne pendant les premières heures du jeu, mais après un certain temps, vous réalisez que vous explorez le même monde ennuyeux pour traquer un péché, le tuer et passer au suivant. Le manque de direction est un gros écueils, car il aurait souhaitable de passer du temps à explorer un donjon, à résoudre des énigmes et à apprendre de nouvelles aptitudes pour faire face à un boss. Les combats face aux Sept Péchés Capitaux n’offrent également rien de captivants. Ils sont fades et finis avant même que vous puissiez entrer dans l'action. Les péchés, cependant, offrent une apparence mémorable, car ils ont tous fière allure, ils ont leur propre personnalité et leur façon de combattre. Encore une fois, la première poignée d’entre eux est géniale, mais au bout d’un moment, vous ne vous souciez plus de qui ils sont et pourquoi vous les tuez. Néanmoins, Fury progresse tout au long du jeu en apprenant des mouvements et des capacités grâce aux armes élémentaires des boss. Ces capacités élémentaires offrent de nouvelles armes et de nouvelles façons de parcourir le monde. Fury peut s'accrocher aux murs et exploser comme un météore inversé. Ces armes ajoutent ensuite une autre couche d'attaques pour combattre, mais encore une fois, ce ne sont que quelques autres combos que vous pouvez effectuer et qui ne nécessitent aucune compétence.

En ce qui concerne la structure du monde de Darksiders III, elle s'avère plutôt moyenne. Vous suivez un chemin linéaire avec quelques zones interconnectées ici et là. De nombreuses zones sont verrouillées par des chemins nécessitant des compétences spécifiques et quelques énigmes de plate-forme ici et là. Le monde est formidable quand il essaie de créer cette ambiance post-apocalyptique, mais souvent, sa créativité fait défaut. Les villes en ruines se répètent inlassablement, avec peu de renouveau des décors. Le combat de Darksiders III a également été réduit au silence pour une approche davantage action RPG. Au lieu de combos géants décimant des dizaines d'ennemis, vous êtes maintenant face à une poignée d'adversaires qui peut vous tuer en quelques coups. Vous devez les cibler, approcher avec précaution, chronométrer vos esquives parfaitement pour effectuer une attaque plus puissante et déclencher vos attaques avec précaution. Ce gameplay est ensuite soutenu par le système d'expérience qui vous voit abandonner vos âmes après votre mort et qui vous oblige à retourner sur les lieux du crime pour les récupérer. Voilà qui n'est pas sans rappeler Dark Souls, sachant que si vous perdez à nouveau sur le chemin pour les récupérer, ils ne disparaissent pas. Les âmes sont ensuite emmenées chez Vulgrim pour acheter des objets et monter de niveau. Une grande partie du jeu est entièrement consacrée à lutter contre des attaques multiples des ennemis qui vous coincent dans un coin. Après plusieurs fins de partie anticipée, il est fort probable que vous vous sentiez frustré, sachant qu'il n'existe aucun moyen réel de bloquer ou de contrer des attaques puissantes, à part les esquiver et de contre-attaquer. La plupart du temps, une esquive vous ouvrirait la porte pour une autre attaque puissante pendant que vous tentez d'effectuer votre contre-attaque. À l'instar de son monde ouvert et de son histoire, le combat manque de répondant.

Une réalisation à la hauteur ?

Darksiders III s'étend sur une Terre dévastée par la guerre, où paradis et enfer se disputent le contrôle de l'univers. En tant que Fury, vous vous rendrez à différents endroits, dont un métro, un musée d'histoire naturelle et même un chantier de construction à grande échelle reconverti par des démons. Bien que l'on appréciera la variété des environnements, la conception des niveaux et la linéarité du monde marquent un recul indéniable depuis Darksiders II. Les joueurs doivent aller d'un objectif à l'autre et il y a rarement quelque chose entre les deux, ce qui laisse le monde vide. Heureusement, Fury est un personnage sympathique qui divertit suffisamment par le biais de ses diverses réflexions avec The Watcher - une entité chargée de suivre Fury dans sa quête. C’est certes ringard par moments, mais le sarcasme et l’humour sec de Fury en font la personne la plus sympathique parmi les cavaliers que nous avons rencontrés jusqu’à présent. Le moteur est désormais l'Unreal Engine 4, afin d'être plus en phase avec les standards actuels, le jeu tourne en 1080p sur PS4 et en résolution dynamique jusqu'à 4K sur PS4 Pro. Étrangement, on constate davantage de ralentissements sur PS4 Pro que sur le modèle standard, pourtant le framerate est annoncé en 30fps sur toutes les consoles (sur PC, 60fps). Si le design du jeu dégage beaucoup de personnalité, il ne plaira sans doute pas à tout le monde, mais en tout cas, il impose sa présence. La jouabilité demeure fort accessible, on maîtrisera rapidement toutes les actions de Fury. PS4 oblige, il est bien sur possible de jouer sur PS Vita via la fonctionnalité Remote Play.

Le doublage français est de très bonne qualité, et renforce l'ambiance obscure. Les musiques symphoniques signent un sans faute, et l'atmosphère fait preuve d'une grande variété, malgré cet univers pour le moins détruit. Globalement, le titre demeure assez court en offrant environ douze heures de durée de vie, soit presque trois fois moins que Darksiders II. Une fois le jeu fini, il ne reste rien à faire puisque la sauvegarde se relance juste avant le combat contre le dernier boss. Et ne comptez pas sur la présence d'un New Game + ni quelqu'un fonctionnalité en ligne. Le monde de Darksiders 3 peut décevoir certains fans du jeu précédent, mais cela ressemble à un reboot de la série. Les performances techniques en relatif retrait, le manque d'objectifs secondaires et une conception du monde peu imaginative font penser à un jeu dont les ambitions sont supérieures à son budget, mais Darksiders III est une expérience amusante malgré tout.

VERDICT

Le retour de Darksiders se fait dans la souffrance. Tout ce que le jeu essaye d'apporter de nouveau aurait pu être mieux accompli, l'expérience action/RPG de ce troisième épisode n'étant pas du tout abouti. Bien que Gunfire Games ait tenté de faire évoluer la saga dans un nouveau genre, son histoire est assez basique, le système de combat manque d'allure et le monde demeure très fade. Rien dans le jeu ne marque un progrès par rapport à Darksiders II, on peut même dire qu'il s'agit d'un pas en arrière gigantesque pour tenter de créer quelque chose de nouveau. Mais n'est-il déjà pas trop tard ?

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Notre Avis
6 / 10
Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2019 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?