Titre: “Les directeurs d’achats et de finances anticipent les effets négatifs des défis géopolitiques”  (12/06/2019 Par zion)
Mardi 11 juin 2019 — Dans le rapport What’s Now and Next for Finance and Procurement?[1] de The Economist Intelligence Unit, soutenu par Basware, 400 directeurs d’achats et de finances ont été interrogés aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et en France. Ils ont chacun donné leur avis à propos de leurs attentes, l’impact des et les préparations aux relations commerciales changeantes, l’automatisation et la numérisation. Trois tendances ont ainsi été dévoilées.

[1]Le présent et l’avenir pour les Achats et les Finances

Une tendance importante est la préoccupation à propos de la baisse des performances professionnelles à cause du dynamisme commercial mondial, causée par les coûts d’achats plus élevés et la plus grande complexité de la chaîne d’approvisionnement.

Plus grand impact des questions géopolitiques

Au niveau des attentes des tendances commerciales futures, les deux résultats les plus attendus des deux années à venir sont les pourparlers commerciaux post-Brexit (23%) et la dégradation de la guerre commerciale américo-chinoise. Un répondant craint même un manque de marchés libres d’ici à dix ans, et estime que ces deux tendances interrompent la progression de la globalisation. D’autres se préoccupent à propos des freins nationaux au commerce numérique, notamment la censure, les mesures de localisation et la réglementation concernant la vie privée (13%).

Préparation de l’amélioration des processus internes

Les répondants s’attendent à ce que le dynamisme commercial ait des effets négatifs, surtout à cause d’une augmentation des coûts d’achat (35%) et de la plus grande complexité de la chaîne d’approvisionnement (29%). Pour se préparer à ce dynamisme croissant au sein du commerce international maints participants tentent d’évoluer vers une robustesse accrue des processus internes et de la collecte des données. La procédure la plus appliquée pour s’armer contre les changements dans le commerce mondial est la révision des contrôles et des procédures internes.

"Comme le dynamisme commercial est en constant mouvement, il est bon de constater que les professionnels d’achats et de finances ont déjà fait les démarches nécessaires pour prévenir au maximum les effets négatifs”, témoigne Dany De Budt, Country Manager chez Basware. “Les entreprises prévoyantes sont à la recherche de plus de transparence dans leur chaine d’approvisionnement.”

"Basware vise à aider ces entreprises pour obtenir plus de contrôle et de transparence dans tout leur processus source-to-pay. Ainsi les entreprises pourront mieux faire face aux défis et aux changements professionnels”, poursuit De Budt.

Optimisation des tendances concernant le talent et l’automatisation

Le rapport soulève également des tendances au niveau du talent et de l’automatisation :

La numérisation fera diminuer les coûts totaux mais renforcera la concurrence des talents. Un peu moins d’un tiers des répondants (32%) prévoit que la numérisation fera baisser les frais, le second impact le plus attendu. Presque le même nombre de participants (31%) estime que le recrutement de collaborateurs disposant de compétences numériques spécifiques deviendra primordial pour faciliter la transformation numérique de leurs organisations. Autre tendance : la formation des travailleurs actuels pour qu’ils puissent prévoir les changements et s’y adapter.
Les directeurs d’achats et de finances s’attendent à ce que l’automatisation des différents processus de finances et d’achats aura le plus grand impact sur leur organisation (plus que sur les décisions prises à base de l’IA). Selon eux l’automatisation des paiements sera la tendance d’automatisation la plus déterminante dans les deux années à venir (16%). Les répondants sont également d’avis que les plus hautes fonctions, comme le niveau de la prise de décision, ne seront pas impactées par l’automatisation. Seul 15% des participants estiment que l’impact de l’automatisation sur la prise de décision dans la chaîne d’approvisionnement sera primordial.
Retour