Titre: Les compteurs d'énergie intelligents nous permettent de réfléchir à notre comportement  (18/04/2019 Par zion)
Edegem, le 18 avril 2019 - Les compteurs d'énergie intelligents ont fait l'actualité ces dernières semaines. Leurs partisans et leurs détracteurs s'affrontent dans un débat houleux que le commun des mortels a du mal à comprendre. Pieter Van Der Poorten, Sales Manager Belux chez LG Electronics Air Solutions plaide pour un changement de comportement et estime que l'on se concentre inutilement sur les mauvais côtés de la discussion.

Revenons-en au débat lui-même. Qu'en est-il exactement ? Les personnes qui disposent de panneaux solaires et d'un "ancien" compteur voient celui-ci tourner à l'envers lorsque de l'énergie est transférée vers le réseau. Lorsqu'un utilisateur génère beaucoup d'énergie durant l'été, grâce à des panneaux solaires par exemple, il ne peut pas lui-même l'utiliser, car l'énergie est transmise au réseau d'électricité. C'est pour cela que son compteur tourne à l'envers. En hiver, lorsque le rendement des panneaux solaires est trop faible, l'utilisateur tire alors son énergie du réseau, réalisant ainsi une opération blanche.

Batterie gratuite

"Le problème avec l'ancien système, c'est que certains utilisent le réseau comme une batterie gratuite," explique Pieter. "En été, ils chargent le réseau avec leur énergie excédentaire et en hiver, ils la récupèrent. Ils l'utilisent, mais ne paient pas pour elle."

Avec un compteur intelligent, il est possible d'observer la quantité d'énergie et le moment où celle-ci est mise sur le réseau. En hiver, on regarde ensuite le niveau de consommation qui permet d'établir la facture. "La critique des personnes qui ont des panneaux solaires est bien sûr qu'ils contribuent au réseau, et qu'ils doivent encore payer pour l'énergie mise en réseau lorsqu'ils en ont eux-mêmes besoin," confirme Pieter.

Changement de comportement

Actuellement, la proposition sur la table est que toute personne avec un ancien compteur pourra encore bénéficier de ce système pendant 15 ans. Tout le monde sera ensuite concerné par le nouveau système.

"Même si je comprends le point de vue de chacun, je crois toutefois que le débat est malmené », ajoute Pieter. « Nous mettons actuellement l'accent sur qui consomme quoi, et sur ce que devrait être le prix, alors que nous devrions nous concentrer sur le moment de la consommation."

L'argument de Pieter est simple : aujourd'hui, nous consommons surtout le soir ou la nuit et nous devrions le faire en journée. "Il s'agit d'un mode de vie qui remonte à l'époque qui a instauré le tarif de jour et de nuit. Grâce à l'arrivée et à l'intégration de panneaux solaires de qualité et d'appareils ménagers innovants, il serait maintenant plus avantageux de déplacer l'essentiel de notre consommation en journée. Vous pouvez facilement commander vos appareils ménagers via une application. Pensez au sèche-linge, au lave-vaisselle ou à la pompe à chaleur... Des appareils qui peuvent parfaitement fonctionner pendant la journée."

Alternative

Pour ceux qui auraient encore du mal à changer leurs habitudes de consommation, il existe heureusement une alternative : les batteries. "Evidemment, il ne s'agit pas des piles AAA utilisées dans les télécommandes," explique Pieter. "Grâce aux batteries ESS (Energy Storage System), il est possible de franchir le cycle de consommation d'une journée. Ces produits sont aujourd'hui encore assez chers. A mesure qu'ils trouveront leur place dans notre vie quotidienne, nous observerons une évolution des prix comparable à celle des panneaux solaires."

"La transition vers les compteurs intelligents demande de l'adaptation, mais de plus en plus des solutions viennent faciliter le changement," conclut Pieter. "A terme, c'est aussi le meilleur moyen d'arriver à un marché équitable du point de vue écologique."
Retour