Publié le: 22/07/2019 @ 19:21:50: Par Nic007  Dans "Sécurité "
SécuritéSelon le quotidien britannique Financial Times, NSO a développé une version améliorée de son logiciel phare d'espionnage, Pegasus, utilisée depuis plusieurs années par de nombreux services de renseignement pour récupérer des données stockées sur les appareils mobiles, et qui peut maintenant accéder aux serveurs où sont stockées les données dématérialisées. Selon le FT, citant des sources proches, NSO Group «a déclaré à des clients que ses produits lui permettent d'obtenir subrepticement toutes les données personnelles d'un utilisateur à partir des serveurs Apple, Google, Facebook, Amazon et Microsoft». Amazon et Google ont affirmé n'avoir trouvé aucune trace d'effraction.

Concrètement, le logiciel profite du fait que l'accès à l'espace de stockage personnel dématérialisé reste ouvert sur l'appareil des personnes visées pour y accéder et récupérer les données. Dans une déclaration écrite, l'entreprise israélienne a démenti ces informations estimant qu'«il y a un profond malentendu concernant NSO, ses services et sa technologie». «Les produits NSO ne fournissent pas les moyens de collecter et d'accéder aux applications, services ou infrastructures du cloud énumérés et suggérés par l'article du Financial Times», selon ce communiqué. En mai dernier, la messagerie en ligne WhatsApp avait annoncé qu'un logiciel espion avait été transmis sur des téléphones via son application, évoquant comme origine une entreprise qui «travaille avec de nombreux gouvernements dans le monde». Le Financial Times avait alors, déjà, assuré qu'il s'agissait de NSO.
Envoyer une nouvelle à un ami
Sujet:
Email:
Texte:
 
Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2019 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?