Publié le: 06/12/2019 @ 22:13:43: Par Nic007  Dans "Sécurité "
SécuritéL'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) a présenté une nouvelle étude. Des résultats remarquables ressortent de l'étude. La première est que dans les pays où le revenu moyen par personne est plus faible, les sites de piratage sont visités plus souvent. En outre, il devient clair que les options juridiques ne conduisent pas toujours à une diminution des infractions. L'EUIPO est parvenu à la conclusion que les services IPTV illégaux génèrent près de 1 milliard d'euros de revenus en Europe. Cela confirme que le piratage reste un problème majeur. De 2017 à 2018, l'accès aux contenus illicites en Europe a diminué d'environ 15%. L'enquête ne couvre qu'une partie des possibilités de piratage. Les chiffres utilisés proviennent de la société de suivi MUSO, qui cartographie les visites des sites Web. En conséquence, les applications, l'équipement de streaming et les services IPTV n'ont pas été inclus dans l'étude. De ce fait, il est possible que les chiffres ne soient pas représentatifs, car les services mentionnés ont pris leur essor au cours des dernières années. Il est donc possible que les chiffres soient restés les mêmes ou aient augmenté.

TorrentFreak a demandé pourquoi cette méthode avait été utilisée. Selon l'EUIPO, les données de MUSO, combinées aux statistiques de l'Observatoire européen de l'audiovisuel et d'Eurostat, fournissaient un "aperçu presque complet". La plupart des visites de sites de piratage se font en Lituanie et en Lettonie. La part totale est six fois supérieure à celle de la Finlande. Une différence entre les sites Web contrefaits et le piratage IPTV est que ce dernier est souvent proposé sous forme d'abonnement. Les consommateurs paient donc pour le piratage. Une cause possible est les différences régionales, telles que la différence de revenu. Cela a également été étudié par l'EUIPO. Dans leurs analyses statistiques, ils sont parvenus à la conclusion qu'un revenu inférieur par habitant est lié à davantage d'infractions. Ceci est bien sûr basé uniquement sur les visites du site Web. "Parmi les facteurs socio-économiques, le niveau de revenu par personne et les inégalités ont le plus grand impact sur la consommation de contenus contrefaits", concluent les chercheurs. L'EUIPO est parvenu à la conclusion qu'une plus grande sensibilisation aux services de télévision légaux était liée à davantage d'infractions. Il en va de même pour la musique, bien que cela soit statistiquement moins significatif. En revanche, une plus grande sensibilisation aux services cinématographiques légaux a permis de réduire les infractions.
Poster un commentaire
Vous ne pouvez plus poster de commentaire sur cette actualité car elle a été clôturée. Voulez-vous continuer cette discussion sur le forum?

Informaticien.be  - © 2002-2020 Akretio SPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?