Publié le: 06/09/2018 @ 19:29:39: Par Nic007  Dans "Droit "
DroitAprès les menaces, l'administration américaine a annoncé mercredi qu'elle allait passer à l'acte en se penchant sur des soupçons de partialité pesant sur les géants internet Twitter, Facebook ou encore Google, accusés par Donald Trump de bâillonner les voix conservatrices. Le procureur général Jeff Sessions veut discuter avec plusieurs procureurs fédéraux avant la fin du mois «de l'inquiétude grandissante que ces sociétés puissent mettre à mal la libre concurrence et étouffent intentionnellement les échanges libres des idées sur leurs plateformes», a indiqué le département dans un communiqué.

Il a été diffusé à l'issue d'une audition des dirigeants de Twitter et Facebook par une commission sénatoriale pour évoquer les campagnes d'ingérences politiques étrangères sur les réseaux sociaux. Le président américain avait récemment mis en garde les géants de la Silicon Valley contre ce qu'il estime être un manque d'impartialité. Il accuse notamment Google de truquer les résultats de son moteur de recherche au profit des médias «de gauche» et, logiquement, au détriment des conservateurs. Le géant de la recherche en ligne avait alors démenti avec véhémence, assurant ne rechercher que la qualité et la pertinence de la recherche.
Poster un commentaire
Vous ne pouvez plus poster de commentaire sur cette actualité car elle a été clôturée. Voulez-vous continuer cette discussion sur le forum?

Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2018 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?