Publié le: 05/09/2018 @ 20:18:12: Par Nic007  Dans "Internet "
InternetLes dirigeants de Facebook et Twitter ont défendu leurs initiatives pour limiter les risques de nouvelles ingérences électorales lors d’auditions devant les deux chambres du Congrès des Etats-Unis, mercredi, alors que nombre d’élus leur reprochent leur inefficacité. Face à ces accusations, la directrice générale adjointe de Facebook, Sheryl Sandberg, et le directeur général de Twitter, Jack Dorsey, ont reconnu devant la commission du Renseignement du Sénat que leurs sociétés avaient réagi trop lentement aux ingérences russes dans la campagne électorale de 2016, tout en assurant faire beaucoup mieux aujourd’hui.

Les explications des dirigeants des réseaux sociaux n’ont pas semblé convaincre les élus. “Malheureusement, rien n’a été fait pour résoudre ce que j’avais décrit en novembre (2017) comme une ‘vulnérabilité en matière de sécurité nationale’ et un ‘risque inacceptable’”, a déclaré le président de la commission sénatoriale, le républicain Richard Burr. “Ce problème ne va de toute évidence pas disparaître. Je ne suis même pas sûr que l’on aille dans la bonne direction”, a-t-il insisté.
Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2018 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?