Utilisateur   Mot de passe  
Informaticien.be  - Derniers blogs actifs  - Liste des blogs
matie
Mon blog
Calendrier
Septembre 2020
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30
« Août 2020 Octobre 2020 »
25/08/2020 @ 16:37:08: Comment s’y retrouver dans le rayon des yahourts ?
Des rangées de pots à ne plus en finir, plus ou moins gros, plus ou moins colorés, avec des appellations variées…Plutôt que de les choisir à la tête du paquet, on décrypte ce qu’ils ont dans le ventre !
On trouve de tout au rayon yahourts, et pas que des yahourts ! l’appellation ‘yahourt’ est en effet réservée au lait fermenté avec deux bactéries lactiques spécifiques (Lactobacillus bulgaricus et Streptococcus thermophilus). Quand la recette utilise d’autres ferments, on parle de ‘spécialité laitière’ ou de ‘lait fermenté’. Mais là n’est pas le plus important, car tous les ferments sont potentiellement bons pour le microbiote intestinal. C’est plutôt ce qui est ajouté qui fait al différence : crème, sucre, additifs…changent la donne nutritionnelle. Voici les principaux points à retenir.
Des ferments différents ça peut être un plus
Certains laits fermentés mettent en avant leurs bonnes bactéries, comme les Bifidus dans Activia et les Lactobacillus casei dans Actimel. Les premiers auraient des effets bénéfiques sur la digestion et les seconds sur le système immunitaire. Toutefois, l’EFSAA (Autorité Européenne de sécurité des aliments) n’a autorisé aucune allégation de santé à ces produits. Autre lait fermenté qui fait une percée dans nos rayons ; le kéfir de lait. Cette spécialité du Caucase est préparée avec des grains de Kéfir qui contiennent des bactéries et des levures, d’où une double fermentation, arctique et alcoolique. Il est réputé pour ses propriétés digestives et antimicrobiennes, mais aucune étude scientifique n’étaye le sujet…
Aromatisé, gare au sucre
Les yahourts aromatisés ou aux fruits contiennent jusqu’à 16% de sucre, alors que 8% à 10% suffirait largement. Or on le sait bien que le sucre n’a aucun intérêt nutritionnel et seulement des inconvénients, en excès… » pour se déshabituer du gout sucré, mieux vaut prendre des yahourts nature que l’on va sucrer soi-même (avec du miel, de la confiture…) en réduisant progressivement les quantités » conseille Brigitte Coudray. Et pour ceux qui prennent les versions aux fruits en pensant bien faire, il faut savoir qu’il n’y a quasiment pas de fruits dedans : environ 10% soit l’équivalent d’une fraise dans un yahourt à la fraise. Encore une fois, la meilleure option reste un yahourt nature accompagné d’un fruit frai (une pêche, une poignée de fraises, un kiwi…).
A la grecque, plus de graisse
Présentés dans de grands pots et dotés d’une texture onctueuse, les yahourt ‘à la grecque’ sont bien tentants. Sauf qu’ils sont beaucoup plus gras qu’un yahourt nature classique : 10% de matière grasse, c’est près de trois fois plus qu’un yahourt au lait entier et neuf fois plus qu’un yahourt partiellement écrémé ! la raison ? L’ajout de crème ou l’utilisation de lait de brebis, plus gras que celui de vache. Idem pour les recettes de type Fjord et Perle de lait, enrichies de crème. Ça ne veut pas dire qu’il faut les éviter pour autant mais les consommer avec modération. Et à ce compte-là, mieux vaut opter pour des petits-suisses ou du fromage blanc à 8% de MG, aussi gras et onctueux mais deux à trois plus riches en protéines.
Allégé, a évité
Quand on voit 0% sur le paquet, il faut d’abord se demande ‘0% de quoi ? Certains yahourts affichés à 0% de MG restent très sucrés. Par ailleurs, entre un yahourt nature à 0% de MG et un yahourt nature partiellement écrémé, a différence n’est que de quelques calories, ce n’est pas significatif, note Hugo Blanc. Quant aux versions à 0% de MG et 0% de sucre, le problème est qu’elles contiennent de nombreux additifs pour combler le vide : gélatine, épaississant, agent de charge, etc. sans parler des édulcorants décriés (aspartame, acésulfame K…) A-t-on vraiment envie d’avaler ça ? Sans oublier que les yahourts édulcorés entretiennent le gout du sucré. Mieux vaut prendre un simple yahourt nature qu’on sucrera légèrement, rappellent les diététiciens.
Egoutté, bien protéiné
Depuis quelques années déjà, des spécialités laitières s’affichent ‘riches en protéines », comme Yopa et Danio, pour ne citer que les plus connus, mais le ‘skyr’, inspiré d’une recette irlandaise. Leur spécificité : un égouttage poussé, qui permet d’avoir une texture plus ferme et un taux de protéines plus élevé (environ 9%). Et comme ils sont souvent préparés avec du lait écrémé, ces produits sont riches en protéines et contiennent très peu de graisses : parfait en encas léger et rassasiant, à condition de les choisir nature et de les accompagner éventuellement de morceaux de fruits frais. Les versions sucrées contiennent souvent de nombreux additifs, et les alternatives édulcorées encore plus. A souligner aussi, leur prix plus élevé que celui d’un yahourt.
Chèvre et brebis, plus digestes
On trouve de plus en plus de yahourts à lait de chèvre et de brebis. Ils ont une composition nutritionnelle très proche de celle au lait de vache. Ceux au lait de brebis sont juste un peu pus gras et un peu plus riches en calcium, précise les diététiciens nutritionnistes. Niveau gout, en revanche, ils ont vraiment plus de saveurs, en particulier celui de chèvre. On aime ou n aime pas, mais ce gout marqué joue sur la sensation de satiété. Par ailleurs, comme leurs globules gras sont plus petits, les lais de chèvres et de brebis ont la réputation d’être plus digestes. Et comme ils proviennent en générale d’élevages plus petits et moins intensifs que le lait de vache, ils ont aussi une meilleure image.
Les yahourts à boire... avec modération
Les yahourts à boire c’est un peu comme les compotes en gourde : c’est pratique mais très vite avalé, ce qui ne favorise pas la satiété. ET comme les flacons sont grands, on en boit plus que les 125 grammes (équivalent d’un pot de yahourt). Il faut aussi souligner que certaines marques, dont le leader Yop, mettent du sirop de glucose-fructose, moins cher que le sucre mais moins bon pour la santé. Ces versions à boire doivent donc rester occasionnelles (un dessert sur le pouce, par exemple) et choisies avec une liste d’ingrédients la plus simple possible.
Version végétale, moins de calcium
Aux rayons des desserts végétaux, il faut bien distinguer ceux qui ont été ensemencés par des bactéries lactiques, et qui peuvent se rapprocher des yahourts, de ceux qu’on mettra plutôt dans la catégorie ‘desserts gourmands’. Ce sont des produits à base de jus de végétaux (soja, amande, riz…) dont la formulation n’est pas standard comme pour le yahourt, il faut donc lire attentivement les étiquettes, souligne l’expert en nutrition. C’est la version au soja fermentée et riche en calcium qui se rapprochera le plus d’un yahourt classique d’un point de vue nutritionnel. Les autres sont moins riches en protéines et en calcium. Seul petit plus : ils ne contiennent pas de graisses animales, mais des bonnes graisses insaturées.
[p]Comment s’y retrouver dans le rayon des yahourts ?[/p]

[p]Des rangées de pots à ne plus en finir, plus ou moins gros,
plus ou moins colorés, avec des appellations variées…Plutôt que de les choisir
à la tête du paquet, on décrypte ce qu’ils ont dans le ventre ![/p]

[p]On trouve de tout au rayon yahourts, et pas que des
yahourts ! l’appellation ‘yahourt’ est en effet réservée au lait fermenté
avec deux bactéries lactiques spécifiques (Lactobacillus bulgaricus et
Streptococcus thermophilus). Quand la recette utilise d’autres ferments, on
parle de ‘spécialité laitière’ ou de ‘lait fermenté’. Mais là n’est pas le plus
important, car tous les ferments sont potentiellement bons pour le microbiote intestinal.
C’est plutôt ce qui est ajouté qui fait al différence : crème, sucre,
additifs…changent la donne nutritionnelle. Voici les principaux points à
retenir.[/p]

[p]Des ferments différents ça peut être un plus[/p]

[p]Certains laits fermentés mettent en avant leurs bonnes bactéries,
comme les Bifidus dans Activia et les Lactobacillus casei dans Actimel. Les premiers auraient
des effets bénéfiques sur la digestion et les seconds sur le système
immunitaire. Toutefois, l’EFSAA (Autorité
Européenne de sécurité des aliments) n’a autorisé aucune allégation de santé à
ces produits. Autre lait fermenté qui fait une percée dans nos rayons ; le
kéfir de lait. Cette spécialité du Caucase est préparée avec des grains de Kéfir
qui contiennent des bactéries et des levures, d’où une double fermentation, arctique
et alcoolique. Il est réputé pour ses propriétés digestives et
antimicrobiennes, mais aucune étude scientifique n’étaye le sujet…[/p]

[p]Aromatisé, gare au sucre[/p]

[p]Les yahourts aromatisés ou aux fruits contiennent jusqu’à
16% de sucre, alors que 8% à 10% suffirait largement. Or on le sait bien que le
sucre n’a aucun intérêt nutritionnel et seulement des inconvénients, en excès… »
pour se déshabituer du gout sucré, mieux vaut prendre des yahourts nature que
l’on va sucrer soi-même (avec du miel, de la confiture…) en réduisant
progressivement les quantités » conseille Brigitte Coudray. Et pour ceux
qui prennent les versions aux fruits en pensant bien faire, il faut savoir qu’il
n’y a quasiment pas de fruits dedans : environ 10% soit l’équivalent d’une
fraise dans un yahourt à la fraise. Encore une fois, la meilleure option reste
un yahourt nature accompagné d’un fruit frai (une pêche, une poignée de
fraises, un kiwi…).[/p]

[p]A la grecque, plus de graisse[/p]

[p]Présentés dans de grands pots et dotés d’une texture onctueuse,
les yahourt ‘à la grecque’ sont
bien tentants
. Sauf qu’ils sont beaucoup plus gras qu’un yahourt nature
classique : 10% de matière grasse, c’est près de trois fois plus qu’un
yahourt au lait entier et neuf fois plus qu’un yahourt partiellement écrémé !
la raison ? L’ajout de crème ou l’utilisation de lait de brebis, plus gras
que celui de vache. Idem pour les recettes de type Fjord et Perle de lait,
enrichies de crème. Ça ne veut pas dire qu’il faut les éviter pour autant mais
les consommer avec modération. Et à ce compte-là, mieux vaut opter pour des
petits-suisses ou du fromage blanc à 8% de MG, aussi gras et onctueux mais deux
à trois plus riches en protéines.[/p]

[p]Allégé, a évité[/p]

[p]Quand on voit 0% sur le paquet, il faut d’abord se demande
‘0% de quoi ? Certains yahourts affichés à 0% de MG restent très sucrés.
Par ailleurs, entre un yahourt nature à 0% de MG et un yahourt nature partiellement
écrémé, a différence n’est que de quelques calories, ce n’est pas significatif,
note Hugo Blanc. Quant aux versions à 0%
de MG et 0% de sucre, le problème est qu’elles contiennent de nombreux additifs
pour combler le vide : gélatine, épaississant, agent de charge, etc. sans
parler des édulcorants décriés (aspartame, acésulfame K…) A-t-on vraiment envie
d’avaler ça ? Sans oublier que les yahourts édulcorés entretiennent le
gout du sucré. Mieux vaut prendre un simple yahourt nature qu’on sucrera légèrement,
rappellent les diététiciens.[/p]

[p]Egoutté, bien protéiné[/p]

[p]Depuis quelques années déjà, des spécialités laitières
s’affichent ‘riches en protéines », comme Yopa et Danio, pour ne citer que
les plus connus, mais le ‘skyr’, inspiré d’une recette irlandaise. Leur spécificité :
un égouttage poussé, qui permet d’avoir une texture plus ferme et un taux de
protéines plus élevé (environ 9%). Et comme ils sont souvent préparés avec du
lait écrémé, ces
produits sont riches en protéines et contiennent très peu de graisses 
:
parfait en encas léger et rassasiant, à condition de les choisir nature et de
les accompagner éventuellement de morceaux de fruits frais. Les versions
sucrées contiennent souvent de nombreux additifs, et les alternatives édulcorées
encore plus. A souligner aussi, leur prix plus élevé que celui d’un yahourt. [/p]

[p]Chèvre et brebis, plus digestes[/p]

[p]On trouve de plus en plus de yahourts à lait de chèvre et de
brebis. Ils ont une composition nutritionnelle très proche de celle au lait de
vache. Ceux au lait de brebis sont juste un peu pus gras et un peu plus riches
en calcium, précise les diététiciens nutritionnistes. Niveau gout, en revanche,
ils ont vraiment plus de saveurs, en particulier celui de chèvre. On aime ou n
aime pas, mais ce gout marqué joue sur la sensation de satiété. Par ailleurs,
comme leurs globules gras sont plus petits, les lais de chèvres et de brebis
ont la réputation d’être plus digestes. Et comme ils proviennent en générale
d’élevages plus petits et moins intensifs que le lait de vache, ils ont aussi
une meilleure image.[/p]

[p]Les yahourts à boire... avec modération[/p]

[p]Les yahourts à boire c’est un peu comme les compotes en
gourde : c’est pratique mais très vite avalé, ce qui ne favorise pas la
satiété.  ET comme les flacons sont
grands, on en boit plus que les 125 grammes (équivalent d’un pot de yahourt).
Il faut aussi souligner que certaines marques, dont le leader Yop, mettent du
sirop de glucose-fructose, moins cher que le sucre mais moins bon pour la santé.
Ces versions à boire doivent donc rester occasionnelles (un dessert sur le pouce,
par exemple) et choisies avec une liste d’ingrédients la plus simple possible.[/p]

[p]Version végétale, moins de calcium[/p]

[p]Aux rayons des desserts végétaux, il faut bien distinguer
ceux qui ont été ensemencés par des bactéries lactiques, et qui peuvent se
rapprocher des yahourts, de ceux qu’on mettra plutôt dans la catégorie
‘desserts gourmands’. Ce sont des produits à base de jus de végétaux (soja,
amande, riz…) dont la formulation n’est pas standard comme pour le yahourt, il
faut donc lire attentivement les étiquettes, souligne l’expert en nutrition.
C’est la version
au soja fermentée et riche en calcium
qui se rapprochera le plus d’un
yahourt classique d’un point de vue nutritionnel. Les autres sont moins riches
en protéines et en calcium. Seul petit plus : ils ne contiennent pas de
graisses animales, mais des bonnes graisses insaturées.[/p]
Poster un commentaire
Utilisateur
Mot de passe
 
Informaticien.be  - © 2002-2020 Akretio SPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?