Nettoyage de printemps? Petits conseils d’ESET pour nettoyer notre cyber-encombrement et garder notre empreinte numérique toute propre
Publié le 16/04/2021 Dans Press Releases
Le texte suivant est issu d'un communiqué de presse et ne reflète en rien l'opinion de la rédaction.
Savez-vous ce que veut dire «empreinte numérique»? Notre contenu sur les réseaux sociaux, diverses paiements en ligne, l'historique de localisation, les e-mails envoyés, les messages envoyés par les messageries instantanées et l'utilisation du passeport - ne sont que quelques-unes des données de notre empreinte numérique.
Selon la manière dont on aborde sa vie privée sur Internet et de ses habitudes sur les réseaux sociaux, ces données peuvent être collectées et utilisées pour créer un portrait complet. Elles peuvent être utilisées de manière abusive par des cybercriminels ou vendues sur les marchés du Dark Web (sold on dark web marketplaces). Si on a tendance à trop partager, les informations peuvent être utilisées à mauvais escient par un harceleur en ligne, des cyber-intimidateurs ou des escrocs. Encore sceptique? Souvenez-vous de cet article sur Internet: "Tout le monde est une cible ”.
Bonne nouvelle : il existe des mesures simples qu’on peut prendre pour faire son nettoyage numérique. Pas besoin de devenir un ermite; il s'agit de faire des choix intelligents et de trouver un équilibre entre confidentialité et commodité.
Un audit des comptes sur les réseaux sociaux et des paramètres de confidentialité
La première action consiste en une plongée profonde dans les paramètres de confidentialité des différents comptes de médias sociaux; cela inclut de savoir qui peut consulter les comptes et la quantité d'infos qui peut être vue. Cela peut sembler un peu compliqué car il faut parcourir une liste de différents paramètres et pour chaque plate-forme elle peut se situer à un endroit différent ... mais ça en vaut la peine.
Etape suivante: vérifier tous les messages, passés et présents. Qui doit être informé sur le brunch de 2009 avec nos amis lors d'un voyage à Florence. Cela pourrait être fastidieux si on a des années de messages à parcourir et si on a été prolifique. Côté positif, une fois cet exercice effectué, cela peut faire réfléchir davantage à ce l’on veut publier pour être vu par le monde entier. En plus d’aider à réduire l’empreinte numérique, cela peut empêcher que d’anciens messages reviennent nous hanter à l'avenir (haunt you in the future).
Une fois les messages vérifiés et le profil verrouillé à l'aide des paramètres de sécurité et de confidentialité, il faut purger la liste d'amis. Cela semble un peu drastique, mais il s'agit de supprimer les étrangers dont on ne se souvient pas les avoir ajoutés, puis les personnes qu’on ne connait pas très bien ou les personnes à qui on ne parle pas. "Quel est le mal à ce que des inconnus voient mes messages?" Nos messages peuvent révéler beaucoup sur nous. Un exemple récent (more recent examples): des escrocs ont reconstitué les habitudes de célébrités en surveillant leur compte Instagram afin de cambrioler leurs maisons.
Vérifiez vos autres comptes et nettoyez-les
Nombreux sont les gens qui ont des dizaines, voire des centaines de comptes en ligne. On s’est inscrit sur divers sites de shopping qu’on a peut-être utilisés une fois ou deux, ou à divers trackers de fitness, applis de cuisine, jeux, la liste est longue. Chacun stocke divers types d'informations: nom, date de naissance, mesures corporelles, numéros de téléphone …
Pour plus de facilités, on s’inscrit généralement à l'aide d'options d'authentification unique (single sign-on, SSO) telles que les comptes de réseaux sociaux ou adresses mail. On n’a pas conservé de liste mentale ou physique de tous les services, boutiques ou applis auxquels on s’est inscrit au fil des ans, c'est donc là que l'option SSO peut être utile. Qu’on utilise Google, Facebook ou Sign in with Apple, tous offrent la possibilité de voir quelles applis tierces ont accès au compte. On peut utiliser cette liste pour supprimer les comptes qu’on n'utilise pas ou qui ne doivent pas être conservés. Si on n'a utilisé aucune des options d'authentification unique pour s’inscrire à divers comptes, mais qu’à la place on a utilisé son adresse mail, on peut rechercher tous les services utilisés dans la boîte de réception par les termes tels que «se désabonner», «se connecter» ou «bienvenue».
Mettre de l’ordre dans nos abonnements aux newsletters
Nous avons déjà mentionné le fait de fouiller dans la boîte de réception, une autre façon de réduire l’empreinte numérique est de se désabonner de différentes newsletters. De nombreux abonnements vont de pair avec la création de comptes pour divers services et points de vente en ligne, qui utilisent des e-mails pour nous bombarder d’offres intégrées à l'application. Ce sont à nouveau des données dont les entreprises disposent sur nous et qui peuvent tomber entre de mauvaises mains.
Soyons honnêtes: la plupart des gens ne lisent pas les petits caractères lors de l’inscription, mais cliquent simplement sur ce qui leur permet d’aller plus vite. Ils reçoivent alors des centaines d'e-mails qu'ils ne liront pas. Ainsi, une fois qu’on est désabonné, une solution intelligente serait de créer une adresse e-mail spécifique pour des achats ponctuels. Cela présente deux avantages: l’adresse e-mail principale est réservée aux choses importantes et l'autre donne un aperçu de tous les comptes d'achat unique sous «un même toit», les données étant regroupées ailleurs en toute sécurité. Autre possibilité, lorsqu’on s’inscrit à quelque chose qu’on ne compte utiliser qu'une fois, on peut essayer d’obtenir des recommandations concernant des «adresses e-mail jetables» .
Conseils supplémentaires
Pour réduire son empreinte numérique on ne doit pas nécessairement s’en tenir aux conseils mentionnés précédemment. Une autre étape importante consiste à utiliser un réseau privé virtuel (VPN). Les VPN fonctionnent comme des tunnels cryptés pour notre trafic Internet, cachant nos habitudes de navigation privées aux regards indiscrets et nous empêchant d'être suivi. En plus, les entreprises les utilisent pour permettre aux employés travaillant à distance d'accéder à des réseaux sécurisés.
Dans l'Union européenne, on peut faire usage de la législation donnant le droit d'être oublié. Ainsi, on peut demander à Google de supprimer certaines informations en remplissant la demande de suppression de nos informations personnelles. On peut aussi utiliser la vérification de confidentialité de Google (Google’s Privacy Checkup) et d'autres outils pour voir quelles données il suit et les supprimer. Pourquoi ne pas passer également par la vérification de la confidentialité de Facebook(Facebook’s Privacy Checkup)? Et si on souhaite voir quelles informations Facebook ou d’autres réseaux sociaux, tels Twitter, stockent à notre sujet, on peut télécharger une copie
Bien que la mission de réduire notre empreinte numérique puisse sembler ardue, cela en vaut la peine et on sera heureux d’avoir gagné en confidentialité.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Informaticien.be - © 2002-2021 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?