Doccle met en garde contre l’e-mail, un « médium dangereux »
Publié le 09/08/2018 Dans Press Releases  Par zion
Le texte suivant est issu d'un communiqué de presse et ne reflète en rien l'opinion de la rédaction.
09/08 – Le nombre de délits commis sur l’internet continue d’augmenter. L’année passée, la police a constaté pas moins de 14.757 nouveaux faits. Le phishing (l’hameçonnage) reste un problème épineux. La semaine dernière, les autorités ont mis en garde contre de faux e-mails faisant croire à leur destinataire qu’il avait droit à un remboursement d’impôts. Mais d’autres formes nouvelles de cybercriminalité, comme le Ransomware (les logiciels rançonneurs), qui s’empare de vos fichiers, gagnent également du terrain en Belgique. Il ne leur a fallu que quelques jours pour infecter plus de 230.000 ordinateurs. La Belgique est le pays le plus touché après les États-Unis et le Royaume-Uni.

Bram Lerouge, CEO de Doccle : « Nous n’avons pas encore pris assez conscience que l’e-mail est devenu un médium risqué. Par conséquent, lorsque nous sommes obligés de l’utiliser malgré tout pour échanger des informations importantes, nous devons veiller à l’utiliser avec prudence. En fait, les entreprises devraient encourager autant que possible leurs consommateurs à passer vers des platesformes administratives en ligne ».

L’e-mail : une porte ouverte à la fraude

Selon les chiffres de la fédération bancaire Febelfin, le phishing reste la forme la plus répandue de fraude par internet. Pour rappel, les criminels du net tentent via ces faux e-mails de vous soutirer des données. En 2017, le nombre de cas de fraude en ligne a été multiplié par sept par rapport à 2016.

Un e-mail ne se distingue pas d’une boîte aux lettres ou d’un téléphone : aucun « mur » ne le protège contre des envois indésirables. N’importe qui peut deviner ou découvrir votre adresse électronique et vous envoyer ensuite de fausses factures ou des informations trompeuses.

Par ailleurs, les e-mails officiels des diverses parties sont très différents. Ils contiennent parfois une facture en format pdf, placée en annexe, avec les instructions de paiement. Dans d’autres cas, ces instructions se trouvent directement dans l’e-mail. Et il peut très bien arriver que le destinataire ait à cliquer sur un lien pour effectuer le paiement. Les consommateurs ne s’y retrouvent pas et sont d’autant plus vulnérables au phishing.

Actuellement, les hackers recourent à des punnycodes (un code chétif), qui empêchent encore davantage les citoyens de faire la distinction entre les e-mails officiels et les mails de phishing. Un punnycode est un algorithme qui permet de transposer dans notre alphabet des caractères internationaux, chinois par exemple, utilisés dans les noms de domaine internationalisés. Certains navigateurs web sont incapables de lire ces caractères étrangers et les traduisent mal, ce qui permet aux hackers d’utiliser ces erreurs pour copier le nom de domaine visé.

Soyez attentifs

Devons-nous repasser au papier pour gérer notre administration ? Non, heureusement. Vous pouvez éviter le gros du danger en étant simplement attentif.

Si vous cliquez depuis un e-mail pour aller vers une site internet sur lequel vous effectuerez une transaction, assurez-vous toujours que le site internet contient une cadenas vert suivi d’un HTTPS. Cela signifie que les transactions sur ce site sont sécurisées.
Transférez les e-mails suspects vers suspect@safeonweb.be. Le Centre pour la Cybersécurité a créé cette adresse électronique pour que les citoyens puissent y envoyer tous les e-mails suspects. Depuis le début de la campagne, plus de 150.000 e-mails ont déjà été testés.
Veillez à ce que votre mot de passe offre une sécurité élevée. Cela peut sembler logique, mais n’oubliez pas : un bon mot de passe est un mot de passe suffisamment long et complexe, modifié régulièrement.

Optez pour une plateforme administrative en ligne

Si vous voulez vraiment être sûr et certain que votre administration en ligne soit sécurisée, optez pour une plateforme administrative en ligne. Premier avantage de cette option, vous ne vous emmêlerez plus les pinceaux dans le flot de comptes et de mots de passe en ligne.

Avec une plateforme administrative comme Doccle, vous pouvez vous inscrire automatiquement à plusieurs services au moyen d’un code de sécurité unique. Soit par mot de passe, soit via le service itsme. Les informations continuent de circuler par e-mail, mais les actes effectifs comme la signature de documents ou le paiement de factures ne sont possibles que via la plateforme sécurisée.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2018 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?