Yakuza 6 : The Song of Life
Publié le 15/04/2018 Dans PlayStation 4  Par Nic007
Il était une fois.

Yakuza 6 est censé être le dernier épisode mettant en scène Kiryu Kazama, le héros de la série depuis ses origines. Le jeu commence juste là où le cinquième opus se terminait. Kazuma est dans un mauvais état et Haruka décide de quitter son travail de rêve (être une idole pop) pour prendre les commandes de l'orphelinat qu'elle a ouvert avec notre Yakuza préféré. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu, avec Kazuma condamné à trois ans de prison pour ses actions en tant que yakuza. En même temps, les harceleurs commencent à attaquer Haruka et l'orphelinat où elle mène une vie paisible, principalement parce que son choix de ne plus être une Idole est beaucoup plus difficile à assumer, avec un harcèlement intense dans les médias et sur les réseaux sociaux. Haruka décide de fuir la région pour éviter d'amener ses problèmes à l'orphelinat. Trois ans plus tard, quand Kiryu est finalement libéré de prison, il a découvert que Haruka est dans le coma après un accident de voiture, et qu'elle a accouché il y a un an d'un petit garçon nommé Haruto. A maintenant 48 ans et avec une famille adoptive à protéger, Kazuma a atteint la fin de son voyage personnel.

Ce sixième épisode de la franchise Yakuza présente une lourde charge émotionnelle. Vous aurez affaire à des sujets aussi sensibles que les jeunes mamans adolescentes, mais aussi un Kazuma qui ne peut pas se détendre car il a besoin de se battre contre les mafias chinoises et coréennes, tout en improvisant son nouveau rôle de père adoptif pour Haruto. Si le scénario peut sembler absurde, c'est parce que c'est le cas, mais c'est la beauté de la franchise Yakuza et ses complots insensés. Fidèle aux influences du cinéma policier japonais, avec ses dialogues efficaces, ses décors contrôlés et un gameplay d'une rare qualité dans les productions de jeux vidéo, l'histoire de Yakuza 6 est magnifiquement rendue. Le Dragon Engine, spécialement construit pour cet épisode, fait un excellent travail de transcription des émotions et des détails sur chacun des visages du protagoniste. Cependant, on notera néanmoins une certaine rigidité des personnages dans certaines scènes, surtout face aux productions nippones de même ossature, Final Fantasy XV par exemple.

Une réalisation en progression.

Comme à l'accoutumée dans la série Yakuza, vous devez explorer les bas-fonds de grandes villes japonaises, les rues sombres, les clubs douteux, bien sur les classiques magasins, mais aussi aller draguer les hôtesses. Ce sixième opus est le premier à sortir uniquement sur PlayStation 4 (Kiwami et Zero étaient disponibles sur PS3 au Japon) et offre un visuel entièrement revu. Du réalisme encore inégalé d'Onomichi, une paisible ville portuaire de la préfecture de Hiroshima, à la dernière évolution de Kamurocho, le quartier le plus chaud de Tokyo, Yakuza 6 en met plein la vue. Le titre est une belle lettre d'amour pour le Japon et toutes ses particularités qui en font un pays aussi intrigant que charmant. Les sons, les conversations, les panneaux d'affichage, les néons lumineux et l'architecture des bâtiments sont tout simplement étonnamment refaits dans le jeu. Les environnements sont enfin à leur meilleur, chaque petit changement est apprécié à sa juste valeur, offrant beaucoup plus de liberté que les épisodes précédents, et vous prendrez plaisir à vous perdre dans les rues et ruelles de ces deux villes, même s'il y a de rares murs invisibles dans certaines sections. La majorité des échoppes et des magasins sont accessibles sans temps de chargement, aidant profondément à l'immersion, et vous pouvez simplement commander de la nourriture, ou jouer un peu et ensuite reprendre le cours de vos activités de base. La série Yakuza n'est pas seulement célèbre pour son scénario, mais aussi pour son système de combat inspiré des jeux de combat de rue et autres beat'em all. Kiryu n'hésitera pas à affronter trois ou même dix adversaires en même temps et on appréciera le lifting apporté à cette partie combat. Elle présente maintenant les mélanges typiques d'attaques rapides et lourdes, ainsi que de nouvelles actions contextuelles telles que l'écrasement de la tête d'un adversaire contre un mur. Contrairement aux versions précédentes, il n'y a pas de temps de chargement lorsque vous participez à un combat, une transition s'opère naturellement et instantanément. Les passants se rassemblent autour de vous et de vos adversaires pour créer une arène de combat de rue improvisée. Enchaîner les bases avec le bouton carré et finir vos adversaires avec des coups puissants en appuyant sur le bouton triangle. Les combats sont agréables et, bien qu'il n'y ait qu'un seul style de combat, il est rare de penser que Kiryu est maîtrisé face aux ennemis. De plus, tout objet à portée peut être utilisé pour vous défendre que ce soit un vélo, un cône de circulation ou même un mendiant qui dort dans la rue.

Bien que ce ne soit certainement pas les batailles rigides des jeux précédents, il y a toujours un manque de fluidité à certains moments. Chaque fin de combat vous donnera des points d'expérience répartis en différentes catégories à assigner comme bon vous semble. Ce petit composant RPG est sympathique mais anecdotique car toutes vos actions dans le jeu vous donnent des points d'expérience. Les joueurs ne manquent jamais de points d'expérience et il est possible de maximiser les compétences de Kiryu un peu trop facilement. Se battre, compléter des quêtes annexes e des activités, ou même en prenant soin de bébé Haruto vous fera gagner de l'expérience. Sur le front des activités additionnelles, peu de titres sont aussi généreux que Yakuza 6. Ces quêtes impliquent des choses comme la gestion d'un café de chat ou tout simplement s'amuser dans l'une des salles arcades de Kamurocho (Space Harrier, OutRun, Puyo Puyo et même Virtua Fighter 5 sont tous jouables à deux joueurs). Pour ceux qui souhaitent quelque chose de plus "mature", vous pouvez toujours sortir avec des hôtesses, ou même jouer à un nouveau mini-jeu qui est une application de chat en direct avec de vraies femmes prêtes à en découvre. Yakuza 6: The Song of Life introdui également le Créateur de Clan, dans lequel Kiryu peut créer son propre clan de combattants. Il aura besoin de toute l’aide possible pour affronter les stars du New Japan Pro Wrestling qui dominent la ville : Tetsuya Naito, Kazuchika Okada et Hiroshi Tanahashi. PS4 oblige, il est bien sur possible de jouer sur PS Vita via la fonctionnalité Remote Play. Sur PS4 Pro, on notera une amélioration de la résolution d'ensemble (1080p contre 900p sur PS4), le framerate étant lui bloqué à 30fps quelque soit le modèle de console.

VERDICT

Yakuza 6 : The Song of Life offre la plus forte expérience de la série, et constitue une excellente façon de clôturer l'histoire de Kiryu avec style, une aventure longue et amusante, plein de contenu et d'activités annexes. Même si vous n'avez pas joué aux jeux précédents, vous ne devriez pas manquer ce jeu maladroit mais aussi mature et sérieux. Le plus grand bémol demeure l'absence de localisation française, un écueil chez beaucoup de joueurs occasionnels.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Notre Avis
9 / 10
Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2018 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?