Les Belges consultent leur smartphone 34 fois par jour
Publié le 07/12/2017 Dans Press Releases  Par zion
Le texte suivant est issu d'un communiqué de presse et ne reflète en rien l'opinion de la rédaction.
Les Belges sont accrocs à leur smartphone. C’est ce que révèle ‘State of the smart’, l’édition belge de la Global Mobile Consumer Survey de Deloitte, une enquête menée dans plusieurs pays auprès des utilisateurs de téléphone mobile. En moyenne, les Belges consultent leur smartphone 34 fois par jour et 33 pour cent des répondants reconnaissent qu’ils vérifient leur téléphone lorsqu’ils sont avec des amis. Toutes générations confondues, les réseaux sociaux dominent notre usage des appareils mobiles.

Le smartphone est encore plus populaire parmi les jeunes. Elèves et étudiants le consultent 70 fois par jour et un répondant sur quatre consulte les réseaux sociaux en plein milieu de la nuit. Pour les communications diurnes, l’appel est délaissé au profit du SMS (71 pour cent) ou des réseaux sociaux (78 pour cent).

Vincent Fosty, Deloitte Belgium Technology, Media & Telecommunications Leader: “Dix ans après le lancement du smartphone, il apparaît clairement que le Belge ne peut pas vivre sans son téléphone. Le smartphone affiche un taux de pénétration du marché de 80 pour cent, comparé à 81 pour cent pour le laptop. Le Belge continue d’utiliser son téléphone pour passer des appels, mais d’autres canaux sont de plus en plus prisés. On utilise aussi son téléphone pour chercher des produits ou des services, et pour payer des produits en ligne. Pour la première fois, l’usage de la banque mobile pour effectuer des transactions et vérifier le solde d’un compte recueille la préférence auprès de certaines tranches d’âge.”

Les nouveaux modèles ne stimulent pas les ventes
Si le taux de pénétration des smartphones marque le pas, les ventes ne devraient cependant pas diminuer puisqu’un Belge sur trois (27 pour cent) envisage d’acheter un téléphone mobile au cours des douze prochains mois. Dysfonctionnement ou matériel cassé (59 pour cent), écran brisé (49 pour cent) et temps de réaction du smartphone (36 pour cent) constituent les raisons les plus courantes pour remplacer son téléphone.

Par ailleurs, il est étonnant de constater que 72 pour cent des répondants à l’enquête déclarent que la commercialisation d’un nouveau modèle ne les incite pas à changer de téléphone. Pour trois répondants sur quatre, le désir de changer de marque ne constitue pas non plus une raison d’acheter un nouveau smartphone. Les Belges sont généralement très fidèles à leur marque : plus de la moitié des propriétaires d’un Samsung, d’un iPhone ou d’un Sony déclarent que leur précédent smartphone était de la même marque.

Les magasins physiques ont toujours la cote
Les ventes en ligne gagnent rapidement du terrain en Belgique mais le marché du smarphone ne suit pas la tendance. Seuls 19 pour cent des répondants ont acheté leur téléphone via le commerce électronique. 67 pour cent l’ont acheté dans un magasin et 14 pour cent l’ont reçu d’un proche ou d’un ami, de leur employeur ou en leasing. L’enquête montre que les consommateurs aiment aller dans un magasin, et voir, toucher et jouer avec les appareils, en général pour se convaincre qu’ils font le bon choix, même si l’achat proprement dit se fait en ligne.

Les magasins les plus visités pour l’achat de téléphones sont les revendeurs d’appareils électroniques (33 pour cent) et les boutiques de téléphonie mobile (26 pour cent). Seuls 23 pour cent des achats de smartphones offline se font dans le magasin d’un opérateur mobile, contre 33 pour cent l’an dernier. En Belgique, un peu plus de la moitié des adultes ont néanmoins visité le magasin d’un opérateur au cours des 12 derniers mois pour discuter d’un problème ou poser des questions.

Une nouvelle vie pour les anciens téléphones
Près de la moitié des répondants (43 pour cent) gardent leur ancien téléphone en réserve. Mais 30 pour cent des smartphones usagés (contre 25% l’an dernier) sont cédés à un membre de la famille ou un ami (19 pour cent), ou vendu ou échangé (11 pour cent). Les autres téléphones, représentant environ 27 pour cent des téléphones usagés, ont pour la plupart été jetés, recyclés, volés ou perdus.

L’avenir du smart
La fonction apprentissage automatique la plus connue et la plus utilisée sur le mobile est le texte prédictif, mais moins de la moitié des répondants ont conscience de son existence et seul un répondant sur trois croit l’utiliser. Alors que la suggestion d’itinéraire arrive en seconde position, à peine un peu plus d’un répondant sur trois sait que cette fonction existe et seuls 22 pour cent l’utilisent. Les actualités automatisées et les mises à jour de l’information arrivent en troisième position parmi les fonctions les plus connues (29 pour cent des répondants) et les plus utilisées (16 pour cent des répondants).

Aujourd’hui, 33 pour cent des smartphones sont dotés d’un lecteur d’empreintes digitales, contre 19 pour cent seulement l’année dernière. 67 pour cent des propriétaires de smartphones dotés d’un lecteur d’empreintes, soit 22 pour cent des gens qui possèdent un smartphoneen Belgique, utilisent cette technologie.

L’apprentissage automatique, les applis d’assistance, les lecteurs d’empreintes et la reconnaissance faciale attestent le potentiel d’évolution des smartphones vers des appareils vraiment intelligents.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2017 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?