Publié le: 06/12/2018 @ 19:22:35: Par Nic007  Dans "Droit "
DroitL'Australie a adopté jeudi une législation controversée sur la cybersécurité, exigeant des géants technologiques, comme Facebook ou WhatsApp, qu'ils aident les services de sécurité à décrypter les communications de terroristes et criminels présumés. Le projet a soulevé de vifs débats sur les questions de sécurité nationale et de protection de la vie privée. La coalition conservatrice au pouvoir a invoqué la nécessité de permettre aux services de sécurité d'enquêter sur des crimes graves comme le terrorisme ou la pédophilie, citant le cas de trois hommes accusés de s'être servi de messageries cryptées pour projeter des attaques.

Des géants comme Google et Facebook accusent le texte de les rendre vulnérables aux pirates, tandis que les défenseurs des libertés civiles dénoncent des menaces contre la vie privée. Canberra pourra contraindre les entreprises du secteur à lever leurs protections technologiques, masquer les opérations secrètes des forces de police et aider ces dernières à accéder aux données des smartphones et aux messageries. Les entreprises s'exposeraient à des amendes de plusieurs millions de dollars en cas de refus d'accéder aux demandes des enquêteurs, avait expliqué le gouvernement en août. Elles pourraient cependant contester en justice les requêtes des investigateurs.
Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2018 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?