Esperity lance un projet de recherche contre le cancer avec des objets connectés.
Publié le 04/05/2015 Dans Press Releases  Par zion
Le texte suivant est issu d'un communiqué de presse et ne reflète en rien l'opinion de la rédaction.
Bruxelles, 4 mai 2015

Aujourd’hui, Esperity, une nouvelle plateforme sociale, débute un projet de recherche ayant pour but de mettre en concordance les traitements contre le cancer et le mode de vie des patients. Une centaine de patients issus de plusieurs pays européens participeront à ce programme de recherche. Ce projet évaluera les besoins et comportements des patients durant et après leur traitement. Les résultats de l’analyse sont attendus au cours de l’année 2017. Ce projet est réalisé en collaboration avec l’Université Catholique de Louvain et SIRRIS, un organisme technologique impliqué dans la création de modèles et l’analyse des données.

Améliorer les traitements anticancéreux

Pour ce projet, Esperity et ses partenaires utiliseront des objets connectés qui seront utilisés par des patients souffrant de cancer du sein, de la prostate ou des intestins. Comme le dit Mitchell Silva, président et co-fondateur de la plateforme : « Nous allons utiliser des objets connectés tels que le bracelet Fitbit ou celui de Microsoft (Microsoft Band) afin de mieux comprendre et d’améliorer les résultats des traitements face au cancer. Il apparaît que le mode de vie des patients et son impact sur la qualité de vie sont des éléments décisifs qui peuvent influencer la réponse thérapeutique face au cancer. Dans les publications scientifiques, le mode de vie est constamment relié à six éléments : l’activité physique, la qualité du sommeil et sa durée, le niveau de stress, l’alimentation, (les habitudes liées au tabac), la consommation d’alcool et de tabac. La plupart de ces paramètres seront évalués au moyen des objets connectés.

L’expérience des utilisateurs primordiale

Dans une première phase, une centaine de patients vont être suivis durant une année pour réaliser une étude de faisabilité. « Il existe différents paramètres dont nous devons tenir compte comme l’expérience des patients, la durée de vie des appareils testés, la qualité des capteurs » déclare Mitchell Silva. Et de préciser : « Nous allons travailler en collaboration étroite avec divers spécialistes médicaux du monde universitaire pour produire un ensemble d’évaluations sur la qualité de vie basées sur des échelles de valeurs scientifiques préalablement validées dans la littérature médicale ».

L’année prochaine, Esperity commencera la collecte des données. Les résultats serviront à développer différents modèles visant une amélioration du mode de vie des patients pour, in fine, obtenir un impact attendu sur la qualité de vie. Les résultats de ce projet seront également publiés et serviront de tremplin pour des études ultérieures. Ainsi, Esperity aimerait étudier l’existence éventuelle d’un lien entre certains facteurs génétiques et les effets des traitements sur différents paramètres d’évaluation de la qualité de vie.

Une année après le lancement d’Esperity, ce réseau social compte déjà plus de 5000 membres inscrits qui peuvent échanger leur histoire personnelle, leurs commentaires, avec d’autres patients. L’équipe d’Esperity assure une lecture et une modération constante pour s’assurer de la qualité des interactions.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2018 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?